Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale

Publié le dimanche, 17 février 2019

Se méfier de l’eau qui dort. Le silence des employés de la Commune urbaine d’Antsirabe ne signifie en aucun cas la résignation. Vendredi, ils sont sortis de leur silence face à ce qu’ils qualifient de l’indifférence du maire de la Commune urbaine de la ville d’Eau en décrétant la grève générale. La raison de ce débrayage vient du non-paiement de leurs salaires et ce depuis plus de 10 mois. Ils sont 400 employés à décider de passer à l’acte face au refus du maire actuel de payer leur dû. « Pour l’instant on reste devant les bureaux de la mairie en se contentant d’un sit-in et de la pose des banderoles. Si rien ne bouge, on pourrait sortir de l’enceinte et manifester dans les rues de la ville d’Antsirabe », note un représentant des employés grévistes. Et lui d’ajouter que l’unique raison de cette grève est le non-paiement des salaires. « Il n’y a pas d’autres raisons, dès que les négociations vont dans ce sens, nous reprendrons tout de suite notre travail. Mais jusqu’à maintenant, le maire fait la sourde oreille » renchérit un autre gréviste, décidé à durcir le ton au cas où.
La riposte du maire Razanakolona Paul ne s’est fait pas attendre. Par le biais d’une conférence de presse tenue à Antsirabe le jour du début de la grève des employés, le magistrat de la ville a donné sa version.


« J’admets que des employés n’ont pas reçu leur dû. Cependant, je  tiens à préciser qu’il s’agit de deux mois de salaire et non de dix comme le martèlent les grévistes. Ils percevront leur salaire en principe la semaine prochaine », réplique le maire Razanakolona Paul. Celui-ci affirme qu’il ne connait que ces deux mois d’impayés dans la mesure où ils surviennent durant son mandat. Par contre, ajoute-t-il, les 8 mois restants incombent à la précédente équipe en l’occurrence celle du Président de la délégation spéciale (PDS) Razafindraniony Beryl. Face à cette explication du maire, un des dirigeants de la grève apporte sa réponse. « Toute excuse est valable, dit-on, mais quid de la continuité de l’Etat ? Nous travaillons pour la Commune urbaine d’Antsirabe et non pour le PDS Beryl ni une autre personne. Au lieu de rejeter les fautes à autrui, la mairie actuelle se trouve dans l’obligation de nous payer ». A part les employés de la Commune urbaine d’Antsirabe, ceux de la Commune urbaine de Fianarantsoa rencontreraient également les mêmes problèmes. Le ton commence également à monter dans la capitale du Betsileo.Des chefs Fokontany de la Commune d’Ambinaninony dans le District de Brickaville haussent également le ton face à au non-paiement de leurs indemnités lors de la révision de la liste électorale en 2017. Dans une plainte adressée aux autorités, ces responsables affirment pourtant que certains autres chefs fokontany ont perçu leurs indemnités. Ils réclament une égalité de traitement ou à défaut, une transparence dans la perception des indemnités.
La rédaction

Fil infos

  • Mariage forcé d’une Malagasy en Chine - Une mère et sa fille devant le Parquet
  • Paysage politique malagasy - Disparition des grands partis d’antan
  • Résultats provisoires des législatives - Les « Orange » largement en tête
  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel

Editorial

  • IRMAR en pole position ?
    Nouvelle majorité ! Comme prévu et qu’il fallait s’y attendre, la CENI publiait ce samedi 15 juin sur son site officiel les résultats officiels provisoires des législatives du 27 mai 2019. « Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMAR), l’ex-IRD, avec 84 sièges remporterait le scrutin. Sauf revirement de la situation opéré du côté de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), l’instance finale de décision officielle, une nouvelle majorité portant le dossard de la couleur Orange s’emparerait de l’Assemblée nationale. L’IRMAR, la nouvelle et légitime appellation de la plate-forme présidentielle dominerait, le conditionnel est de rigueur, jusqu’à la confirmation officielle, la nouvelle configuration politique au Palais de Tsimbazaza. Largement en tête selon les résultats affichés par la CENI, le groupement de partis faisant le « même chemin » avec Rajoelina vers la voie du redressement de la Nation survolerait les débats au sein de l’Assemblée nationale. C’est un bon augure pour le jeune Président dans…

A bout portant

AutoDiff