Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !

Publié le mardi, 19 février 2019

Un des rares havres de paix de la Capitale va disparaitre. Il s’agit du jardin d’Antaninarenina qui relève du domaine public depuis les années 30 mais qui risque de ne plus l’être suite à la vente réalisée par la Commune urbaine d’Antananarivo. Bien que les biens du domaine public, selon la loi, soient insaisissables, imprescriptibles et inaliénables des autorités communales ont fait fi en la vendant à une particulière. Et là, tout le monde se laisse faire. Le dossier est porté depuis peu par une des futures victimes de l’expulsion devant le Tribunal, le verdict est attendu pour aujourd’hui.
Le plus étonnant dans cette affaire, c’est l’inertie de l’équipe actuelle de la Commune urbaine dirigée par Lalao Ravalomanana. D’après leurs aveux déguisés rapportés par un quotidien de la place, c’est seulement à l’issue d’une enquête interne diligentée certainement après  la révélation faite il y a un mois par notre journal que la CUA a su que le jardin d’Antaninarenina est « bel et bien vendu ». De la pure aberration tout de même étant donné que l’actuel président du conseil municipal, Andriambahoaka Rabetokotany Jean Faustin, a signé une attestation administrative datée du mois de septembre 2017 reconnaissant la vente du jardin d’Antaninarenina. Ainsi depuis cette date, la CUA s’est laissé faire en abandonnant cette partie de son patrimoine comme tant d’autres cédés ou vendus auparavant. Sauf erreur, il y a quelque part dans la mairie d’Antananarivo, un niveau de commandement qui fait de la rétention d’information, voulue ou involontairement.


La vente du jardin d’Antaninarenina datait en effet du mois d’avril 1998 et réalisée par Lalaina Berthnes, président du conseil municipal de l’époque. Donc, le maire Marc Ravalomanana, dont on connait pourtant son empressement à annuler la convention de partenariat initiée par son prédécesseur Guy Willy Razanamasy avec un groupe réunionnais pour la reconstruction de l’Hôtel de ville, ignorait complétement que le jardin d’Antaninarenina n’appartenait plus à la CUA. Plus d’un s’interroge si les mots, passation et inventaire, existaient dans ce temps dans le dictionnaire de Marc Ravalomanana et consorts. Pour revenir à la vente réalisée ainsi par Lalaina Berthnes, le jardin d’Antaninarenina d’une contenance de 30a00ca a été vendu à la modique somme de… 6 millions d’ariary à une dame inconnue du bataillon. En guise de consolation, les Tananariviens verront à la place du jardin d’Antaninarenina, qui désormais fera partie de l’histoire de la ville des mille, un centre commercial…
La rédaction

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff