Publié dans Politique

Vol et pillage de récoltes à Toliara II - Un candidat à la députation pointé du doigt

Publié le mercredi, 01 mai 2019

Sabotage politique ? Telle est la question que se posent actuellement les propriétaires d'un terrain de 304 ha de riziculture, faisant l'objet de vol et pillage à Tanandava Ankililoaky, District Toliara II. En effet, un groupe d'individus n'hésite pas à voler directement la production rizicole sur cette étendue de terrain qui est pourtant la propriété de particuliers. Ces derniers ne savent plus à quel saint se vouer car malgré la plainte déposée auprès de l'Organe mixte de conception (OMC) au niveau local, les personnes interpellées dans cette affaire ont toutes été libérées. Pourtant, des arrestations ont déjà eu lieu et ce à trois reprises. La dernière fois, 23 individus ont été appréhendés mais ont tous été relâchés après avoir fait l'objet d'un simple interrogatoire. Une situation qui laisserait fortement penser à une certaine forme de corruption.

 En effectuant sa propre enquête, l'un des propriétaires de terrain a découvert que les mains d'un ancien parlementaire à l'Assemblée nationale et non moins actuel candidat à la députation à Toliara II - un dénommé R. - se cacheraient derrière cette manœuvre. « Les individus qui pillent mon terrain sont équipés d'armes à feu et d'autres équipements comme des lances et des haches. Du coup, il est très difficile voire impossible de les arrêter », se plaint ce propriétaire. Dans son malheur, il va jusqu'à soupçonner la complicité d'un responsable au sein des Forces de l'ordre, étant donné que les arrestations finissent toujours en queue de poisson. Le fait que le fils de ce même propriétaire du terrain soit également un candidat aux élections législatives pourrait jouer dans cette affaire. L'hypothèse d'un sabotage ou d'une intimidation politique n'est donc pas à écarter.

Le riz pillé est sur le point d'être récolté mais ne profite donc pas au vrai propriétaire. Face à ce genre de forcing, il n'a pas hésité à montrer les preuves justifiant que le terrain portant le titre 3295 - CJ lui appartient effectivement. Ainsi, ledit propriétaire lance un appel à l'endroit des autorités afin de se pencher de près sur cette affaire délicate.

L.R.

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff