Publié dans Politique

Reconstruction de certaines routes de Tana et de ses périphéries - Projet de l'Etat et non de la CUA

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Des publications notamment sur les réseaux sociaux semblent attribuer la paternité pour ne pas dire le mérite des projets de reconstruction de certaines routes de la Capitale à la Commune urbaine d'Antananarivo. Une version démentie par des sources qui précisent que la mairie d'Antananarivo n'est qu'un simple bénéficiaire dans ces projets. Il faudrait en effet savoir que la construction de ces routes de la Capitale entre dans le cadre du projet « post-disaster infrastructure reconstruction ».

Ce projet concerne la reconstruction des infrastructures de transports et de protection contre les inondations ayant été endommagées par le cyclone qui a touché Madagascar au début de l'année 201.  La Banque européenne d'investissement a mis à la disposition de la République de Madagascar un crédit de 40 millions d'euros pour le financement de ce projet. Le contrat de financement a été conclu le 23 juin 2016 entre la République de Madagascar, représentée par le ministre chargé des Finances et du Budget, la Banque européenne d'investissement et l'Autorité routière de Madagascar. L'Etat malagasy doit donc rembourser le crédit.
Le contrat de financement précise que le projet est mis en œuvre par l'Autorité routière de Madagascar, un établissement public placé sous la tutelle administrative et technique du ministère chargé des Travaux publics et des Infrastructures et sous la tutelle financière du ministère des Finances.Les travaux financés dans ce cadre sont principalement localisés dans la Région d'Antananarivo et comprennent la reconstruction de routes, notamment l'axe Gare Soarano-Mahazo, Gare Soarano-Imerinafovoany, Gare Soarano-Mandriamena, Rond point Anosy - Sortie pont Ampitatafika, Andravoahangy ambony-Sabotsy Namehana, Pont Ampasika et le carrefour vers la cité des Assureurs Itaosy, carrefour de la route d'Itaosy et le carrefour de la RNS1. La réparation et l'extension de digues et la consolidation du viaduc ferroviaire de Sahasinaka figurent aussi dans le cadre des travaux financés par ce crédit. La Commune urbaine d'Antananarivo n'entre donc en ligne de compte que dans la mise en œuvre du projet. Tout comme les autres communes pouvant être concernées par les projets de reconstruction de route. La mairie de la Capitale a notamment pour obligation de prendre les mesures nécessaires pour que le projet soit exécuté avec diligence et l'efficacité voulues. Une obligation que ne semble même pas assumer la CUA, notamment lorsque l'on voit les marchands de rue sur les chantiers. En somme, la CUA n'est qu'un simple partenaire bénéficiaire parmi tant d'autres dans ce projet et non un promoteur comme certains communicateurs veulent bien le faire croire.
La rédaction

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff