Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

7ème dialogue politique Madagascar-UE - Les projets de l'IEM mis en avant

Publié le vendredi, 03 mai 2019

La septième édition du Dialogue politique entre Madagascar et l'Union européenne, le premier depuis l'accession à la magistrature suprême du Président de la République Andry Rajoelina, a eu lieu hier au Palais d'Etat d'Iavoloha conformément à l'article 8 de l'Accord de Cotonou. La partie européenne a été composée des ambassadeurs de l'UE, de France, d'Allemagne, du Royaume Uni ainsi que des représentants de la Belgique, de l'Espagne et des Pays Bas. Le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina a  conduit la partie malagasy composée notamment du Premier ministre, Chef du gouvernement, et de treize ministres ainsi que de hauts cadres de l'Etat. Cette rencontre régulière avec l'UE vise à encourager la compréhension mutuelle ainsi qu'à faciliter la définition des priorités et des principes communs.

Durant cette séance de travail et de discussion, les deux parties ont reconnu l'importance du présent dialogue comme étant une opportunité pour resserrer davantage les liens entre  Madagascar et l'Union européenne, mais surtout pour adopter une nouvelle approche de travail conforme avec la vision de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar et les actions prioritaires de l'Etat malagasy. Les projets contenus dans ce programme présidentiel ont été proposés à la partie européenne, contrairement comme d'habitude où la partie européenne met en avant les projets qu'elle souhaite appuyer. De nombreux projets ministériels cadrant avec l'IEM ont également été proposés à la partie européenne.  360 millions d'euros pour la RN6 et la RN13 La communication de la Présidence souligne que le dialogue politique est un forum stratégique pour édifier un véritable partenariat stratégique plus fort, plus prospère et plus équitable avec l'Union européenne afin de faire de Madagascar un Etat émergent dans un proche avenir. Les deux parties ont passé en revue la mise en œuvre du Programme indicatif national (PIN) ainsi que les fonds régionaux et les lignes thématiques de l'UE. Les deux parties ont évoqué le financement par l'UE de la réhabilitation de deux routes nationales, RN6 et RN13, d'un investissement total de 360 millions d'euros.  La partie malagasy et l'UE se sont réjouies de la bonne conjoncture de la coopération bilatérale. Presque la totalité de l'allocation de 492 millions d'euros du PIN du 11è FED étant déjà engagée et débloquée. Le septième dialogue politique entre la partie malagasy et l'UE reflète la solidité d'un partenariat mature, engagé et loyal. L'UE a renouvelé son soutien et assistance à la démocratie et au développement socio-économique du pays et de la population malagasy.
La rédaction

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff