Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Législatives - Le TIM veut renverser le régime

Publié le mercredi, 15 mai 2019

« Fidio ny député TIM fa rehefa maro an’isa izahay dia afaka manongam- panjakana », traduction littérale : « Votez pour nous députés TIM, pour que nous puissions renverser le régime si nous sommes majoritaires ». Tel serait le slogan de propagande de certains candidats du Tiako i Madagasikara au cours de l’actuelle campagne électorale pour les législatives. Force serait dans ce cas de se demander où donc est l’intérêt de la population et des électeurs dans tout cela ? A en juger par ces propos largement partagés sur les réseaux sociaux, les députés se présentant sous la bannière du parti fondé par l’ancien Président Marc Ravalomanana ne viseraient, en effet, que la déstabilisation voire le renversement de l’actuel régime actuel. Ces prétendants à un siège de député seraient visiblement tentés de faire passer ainsi leurs intérêts personnels ou celui de leur grand patron, avant les intérêts de la population.

 

En obtenant la majorité à l’Assemblée nationale, le TIM souhaiterait-il nommer  un Premier ministre, conformément à l’article 54 de la Constitution malagasy, qui pourrait n’avoir d’autre rôle que de mettre des bâtons dans les roues du Chef de l’Etat ? D’autre part, en étant majoritaire à l’hémicycle de Tsimbazaza, les parlementaires du TIM pourraient-ils également être tentés d’aller jusqu’à mettre en branle une motion d’empêchement contre le Chef de l’Etat ? La question est de savoir si cela y va dans l’intérêt de la population.  A qui profiterait l’instauration d’une éventuelle période d’instabilité dans le pays ? En tout cas, cela prouve que les députés TIM ne veulent visiblement pas jouer le jeu de la démocratie. Ils ne veulent pas devenir une opposition intelligente, qui constituerait un contre-pouvoir, contrôlant les activités du régime, émettant des critiques objectives et en offrant aux citoyens une alternative à la politique définie et appliquée par le décideur politique en exercice.  Le TIM ne veut pas incarner la possibilité d’une alternance démocratique. S’il est vrai que la raison d’être d’un parti politique est la conquête et l’exercice du pouvoir, un parti dont l’objectif premier est la déstabilisation de la République est tout simplement inacceptable.  « Renverser le régime » serait par ailleurs un comble pour un parti dont la devise est « Constructeur et non destructeur », ont commenté les observateurs.

La Rédaction

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff