Publié dans Politique

Baisse conséquente du prix du pétrole lampant - Le régime priorise les plus vulnérables

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Après de longues et intenses discussions, débutées lundi dernier, l'Etat malagasy et les opérateurs pétroliers se sont mis d'accords pour réguler l'approvisionnement et la tarification des produits pétroliers. « Une baisse historique des tarifs sur les produits pétroliers a été décidé ce 19 Juin 2019, 05 mois jour pour jour après la prise de fonction officielle du président de la République Andry Rajoelina », annonce le communiqué de la Présidence de la République publié, hier en fin de soirée.

 

La baisse la plus conséquente et la plus significative concerne le prix du pétrole lampant. En effet, à compter de ce jour le prix de ce carburant connaîtra une baisse de 500Ar, passant ainsi de 2630 ariary le litre à 2130 ariary. De cette manière, l'Etat souhaite augmenter le pouvoir d'achat des ménages les plus pauvres de la population qui consomment beaucoup de ce carburant.

Moins marquantes, les prix du  gasoil et de l'essence devront connaître également des baisses. Le prix du gasoil baisse de 150Ar soit de 3550 ariary à 3400 ariary. Le prix de l'essence baissera de 100 Ar pour contenir l'inflation. La baisse moindre du prix de ce carburant pourrait s'expliquer par le fait qu'il est considéré comme un produit utilisé par la frange la plus riche de la population malagasy. Ce carburant s'achètera en tout cas désormais, non plus à 4200 ariary  mais à 4100 ariary.

Les pétroliers auraient consenti à des baisses sur les prix du transport, les frets et les marges des pétroliers, ce qui expliquerait les baisses du prix de ces carburants. Des baisses a priori moindres mais qui, quand on compare avec les différentes hausses successives de ces dernières années à coup de 20 ariary, s'avèrent être tout de même significatives.  En outre, de mémoire, il s'agit des premières baisses enregistrées dans l'histoire du pays. Aucun Gouvernement auparavant n'avait réussi à endiguer les hausses répétitives des carburants qui mettent à mal les portefeuilles des Malagasy.

Notons que les rémunérations des gérants de station-service, majoritairement malagasy, ont été revues à la hausse. Le dépôt de carburant à Ankorondrano - Antananarivo sera transféré en dehors de la ville incessamment pour cause de non-conformité à la sécurité urbaine. Il en est de même pour les chefs-lieux de région où le dépôt de carburant se trouve en zone urbaine. Tout dépôt de carburant doit être aux normes internationales. Les travaux devraient commencer dans les plus brefs délais. La réserve en carburant (le stock de sécurité) devrait être augmentée de 45 jours au lieu de 21 jours existant en ce moment. Le Président Andry Rajoelina a réitéré son engagement d'accompagner et être partenaire des entrepreneurs qui veulent investir à Madagascar.

La Rédaction

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff