Publié dans Politique

Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Publié le lundi, 16 septembre 2019

130 millions d'ariary. C'est le salaire mensuel touché par certains ambassadeurs de Madagascar. Des montants proprement scandaleux pour un pays, comme la Grande île, qui figure parmi les pays les plus pauvres au monde. Dans la même lignée, des comptables en poste au sein des ambassades toucheraient par exemple un salaire mensuel de 75 millions d'ariary. Des anomalies flagrantes constatées et ce, sans résultat probant sur les années passées.

 

Et c'est bien ce qui pose problème au ministère des Affaires étrangères malgache qui a pris des mesures afin d'améliorer cette situation. Aussi, ces rémunérations indécentes devraient être révisées à la baisse pour être plus adaptées aux fonctions, selon les précisions d'une source informée. Par ailleurs, ces revenus devraient également être normés. Dans le même souci d'efficacité, le ministère des Affaires étrangères envisagerait également une réduction du nombre de personnes par ambassade. Ce sont ces mesures qui permettront à l'Etat malagasy d'économiser 12 milliards d'ariary en 6 mois que refusent certains agents diplomatiques et consulaires malgaches qui s'opposent actuellement à la réforme.

En tout cas, ces mesures annoncées rentrent dans une stratégie plus large du ministère des Affaires étrangères de Madagascar de réformer la représentation malgache à l'extérieur. Dans sa communication en date du 11 septembre, des mesures de départ et de rapatriement des agents ont été annoncées par Anosy pour améliorer l'efficacité des représentations malgaches à l'étranger.  

Cette mesure de redéploiement vise à rendre avant tout beaucoup plus professionnel le métier de diplomate. En effet, les règles de désignation des diplomates  et représentants dans les pays étrangers (formation, expérience, et promesse de revenir…) seront désormais appliquées. Une partie non négligeable des diplomates actuels ne remplissait aucun critère professionnel et/ou de formation les permettant normalement d'accéder à ces postes.

 La Rédaction

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff