Publié dans Politique

Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Publié le lundi, 16 septembre 2019

130 millions d'ariary. C'est le salaire mensuel touché par certains ambassadeurs de Madagascar. Des montants proprement scandaleux pour un pays, comme la Grande île, qui figure parmi les pays les plus pauvres au monde. Dans la même lignée, des comptables en poste au sein des ambassades toucheraient par exemple un salaire mensuel de 75 millions d'ariary. Des anomalies flagrantes constatées et ce, sans résultat probant sur les années passées.

 

Et c'est bien ce qui pose problème au ministère des Affaires étrangères malgache qui a pris des mesures afin d'améliorer cette situation. Aussi, ces rémunérations indécentes devraient être révisées à la baisse pour être plus adaptées aux fonctions, selon les précisions d'une source informée. Par ailleurs, ces revenus devraient également être normés. Dans le même souci d'efficacité, le ministère des Affaires étrangères envisagerait également une réduction du nombre de personnes par ambassade. Ce sont ces mesures qui permettront à l'Etat malagasy d'économiser 12 milliards d'ariary en 6 mois que refusent certains agents diplomatiques et consulaires malgaches qui s'opposent actuellement à la réforme.

En tout cas, ces mesures annoncées rentrent dans une stratégie plus large du ministère des Affaires étrangères de Madagascar de réformer la représentation malgache à l'extérieur. Dans sa communication en date du 11 septembre, des mesures de départ et de rapatriement des agents ont été annoncées par Anosy pour améliorer l'efficacité des représentations malgaches à l'étranger.  

Cette mesure de redéploiement vise à rendre avant tout beaucoup plus professionnel le métier de diplomate. En effet, les règles de désignation des diplomates  et représentants dans les pays étrangers (formation, expérience, et promesse de revenir…) seront désormais appliquées. Une partie non négligeable des diplomates actuels ne remplissait aucun critère professionnel et/ou de formation les permettant normalement d'accéder à ces postes.

 La Rédaction

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff