Publié dans Politique

Parti HVM - Un déclin très…rapide !

Publié le mardi, 17 septembre 2019

Un record négatif parmi tant d’autres. Depuis son départ du pouvoir, le parti HVM continue sa chute vertigineuse. Dans toute l’histoire des partis politiques à Madagascar, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara »  est sans doute le seul à être incapable d’aligner un candidat aux élections. A l’exemple des dernières élections  législatives pendant lesquelles les ex – HVM se sont tous présentés en tant qu’indépendants. Aujourd’hui encore, la formation politique n’a aucun représentant pour les prochaines élections communales et municipales. En s’abstenant de participer aux élections, le HVM annule sa seule chance de survivre dans le monde politique.

 

L’on est très certainement loin de l’image des grands partis comme l’AREMA de l’ancien Président Didier Ratsiraka qui, malgré le fait de ne plus être au pouvoir, dispose encore de quelques inconditionnels voire des bases solides au niveau des Régions. D’aucun n’ignore que pendant les évènements organisés par l’AREMA, plusieurs fervents partisans répondent encore présents. C’est également le cas de l’UNDD, du feu Professeur Albert Zafy qui avait encore participé à plusieurs scrutins. Il en est de même pour le parti, Tiako i Madagasikara de Marc Ravalomanana. En dépit du départ de l’ex – Président au pouvoir, il faut dire que le TIM a connu un déclin mais n’a pas encore complètement sombré. Le point commun à toutes ces formations politiques est le fait d’avoir été, à un moment donné, un parti présidentiel.

Aucune chance  de survie

 Contrairement à ces grands partis, le HVM n’a pu survivre en seulement trois mois après l’avènement du nouveau régime. Décrit comme étant un géant au pied d’argile durant la présidence de Hery Rajaonarimampianina, le parti de Rivo Rakotovao n’avait pas de bases solides. Il faut dire que les membres qui l’avaient constitué dès sa formation n’avaient pas de conviction précise sauf celle de se présenter en tant que dignitaires du régime afin d’en bénéficier les avantages y afférents. La large défaite de l’ancien Président Rajaonarimampianina dès le premier tour de l’élection présidentielle en novembre 2018 fait partie des facteurs qui expliquent la faiblesse de son propre parti. Faut – il rappeler que l’ancien locataire d’Iavoloha avait à peine obtenu 10% des voix lors du premier tour. Un score qui ne lui a pas permis d’accéder au second tour.

En tout cas, le HVM  est désormais dépourvu de toute puissance et risque même de disparaitre complètement de la scène politique.

La Rédaction 

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff