Publié dans Politique

Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans

Publié le mardi, 17 septembre 2019

Tels des chevaux débridés (« Soavaly tapakofehy »), les pro-Ravalomanana ont cru bon de tomber à bras raccourcis sur ce qu’ils pensent -  à tort - être un handicap de Naina Andriantsitohaina, le candidat de la plateforme IRD pour la prochaine élection communale dans la Capitale, à savoir son âge. Il faut savoir pourtant que ce dernier, à 56 ans, accuse 14 années de moins que le fondateur du TIM qui, si cela ne tenait que de lui, se serait aussi aligné du haut de ses 70 printemps sur le starting-block de cette course à la tête de la CUA. En choisissant bêtement l’âge comme cheval de bataille, les partisans du patron de TIKO ont malencontreusement ironisé sur leur propre gourou, lui faisant comprendre implicitement qu’il a déjà très largement dépassé l’âge qu’ils se font d’un candidat idéal.

 

Ce n’est d’ailleurs pas la seule maladresse commise par le camp de l’ex-laitier dans cette guerre de communication pré-électorale qui n’en est encore qu’à ses débuts. Présenter, par exemple, comme point fort de Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, le candidat-maire du TIM, son statut de Secrétaire général et non moins ancien directeur financier de la CUA relève ni plus ni moins d’une erreur stratégique  monumentale. Nul n’ignore en effet que c’est la situation chaotique dans laquelle se trouve actuellement la Ville des Mille, laquelle ne lui laissait plus aucune chance d’être réélue, qui a amené Lalao Ravalomanana à renoncer à briguer un second mandat. Et il en est de même d’ailleurs pour son époux. Il va sans dire que, en ayant été un membre très haut placé de l’actuelle équipe dirigeante de la CUA, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, tout en étant un candidat de substitution du clan Ravalomanana, est un des principaux responsables de cette gestion catastrophique de la CUA. Un lourd passé qui, à défaut d’être effacé, aurait gagné à ne pas être rappelé à la mémoire des électeurs.

Pour en revenir aux bourdes des facebookers de Bel-Air, force est de se demander si ces derniers ne sont pas livrés à eux-mêmes. C’est ce qui pourrait expliquer en effet ces publications et commentaires peu ou pas réfléchis qui, au lieu d’atteindre leurs cibles, se retournent, tels des boomerangs, contre celui qu’ils sont censés servir. A l’image de ce qui est décrit ci-dessus. Tout se passe comme s’il s’agit tout simplement de remplir un contrat, lequel se décompte en nombres de « post » par tête de pipe.

Hery Mampionona 

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff