Publié dans Politique

Ny Rado Rafalimanana - Pris en flagrant délit d'usurpation de titre

Publié le jeudi, 13 février 2020

Le système des Nations unies à Madagascar a éconduit Ny Rado Rafalimanana. En proie à des ennuis judiciaires, ce dernier met systématiquement en avant son statut d'ambassadeur d'un organisme qui serait affilié aux Nations unies, et qu'à ce titre, il affirme disposer d'un laissez-passer diplomatique. Réagissant aux affirmations du président de l'association Ny Rado Group, le ministère des Affaires étrangères malagasy a envoyé une note verbale au Système des Nations unies pour des précisions sur le statut de l'Intergovernmental Collaborative Action Fund for Excellence (ICAFE) auprès du SNU. Ny Rado Rafalimanana se plaît en effet ces derniers temps à mettre en avant son statut d'ambassadeur d'une organisation onusienne. Notamment à Vohidiala lors de l'incident avec les gendarmes. Un statut de diplomate dont il s'est déjà largement prévalu ces dernières années.

 

Dans une note verbale, datée d'avant-hier, adressée au ministère des Affaires étrangères, le bureau du coordonnateur résident du Système des Nations unies à Madagascar, a donné sa réponse. Une réponse où le bureau éconduit le candidat recalé à la présidentielle. Le SNU confirme que « l'ICAFE n'est pas affiliée au Système des Nations unies ». D'autre part, le bureau confirme qu'aucune agence du Système des Nations unies à Madagascar n'a travaillé ni avec cette organisation ni avec son fondateur.

Le président de l'Organisation non  gouvernementale, Ny Fanahy no maha olona est donc pris en flagrant délit d'usurpation de titre ainsi que de faux et usage de faux, car l'organisation dont il affirme être le représentant n'est donc pas une organisation rattachée au système des Nations unies. Ce démenti cinglant du SNU intervient dans la foulée d'un précédent du ministère des Affaires étrangères. Une source auprès de ce département ministériel a affirmé que Ny Rado Rafalimanana ne fait pas partie des diplomates accrédités en tant que tel à Madagascar. « Contrairement à ses insinuations, il n'a jamais été reçu au ministère en dépit de ses nombreuses tentatives », précise notre interlocuteur auprès du MAE. Dans la foulée, c'est le Système des Nations unies à Madagascar d'éconduire l'homme politique.

Devant de tels agissements, la réaction des autorités malagasy est attendue. Beaucoup estiment cependant que ces dernières auraient tout intérêt à réagir rapidement et fermement. En effet, cette situation pourrait nuire gravement à l'image du pays sur le plan international. Une passivité de l'Etat malagasy face à de tels faits gravissimes pourrait également affecter les relations entre les Nations unies et Madagascar. Beaucoup estiment qu'il appartient à l'Etat malagasy de réagir face à cette atteinte au SNU.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff