Publié dans Société

Assainissement « musclé » dans la Capitale - Les policiers municipaux incriminés

Publié le mercredi, 26 octobre 2016

« Nous sommes contre les violents agissements des agents de la Police municipale auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua). Ils ne se contentent pas de nous chasser mais ils usent de leur force pour s’attaquer aux plus faibles, notamment les femmes », renchérissent les marchands informels du centre-ville.

Cette incrimination des policiers municipaux ne cesse de s’intensifier ces derniers jours, notamment suite au décès d’une vieille dame, parmi les occupants des rues d’Analakely. Une échauffourée a failli s’éclater hier, du côté de la morgue de l’hôpital de Befelatanana, où le corps de la défunte a été gardé. En fait, les marchands des rues et trottoirs y étaient venus en masse pour réclamer le corps de leur « amie martyrisée », d’autant plus que celle-ci n’a aucune famille, du moins dans la Capitale.

Les éléments des Forces de l’ordre étaient aussi au rendez-vous pour éviter tout débordement et pour assurer l’ordre public, d’après leurs dires. Après quelques minutes d’altercations entre les deux parties, le corps a été déplacé à la morgue de l’Hjra et non à l’Esplanade d’Analakely, comme le souhaitent les marchands. Ces derniers envisagent toutefois de renforcer leurs revendications afin que le corps de la vieille dame leur soit livré. 

En dehors des marchands concernés par l’assainissement de la Capitale, de nombreux passants et citadins dénoncent aussi les agissements des agents de la Police municipale. Rappelons qu’au début de ce mois d’octobre, deux femmes, marchandes de nems et de sambos devant Shoprite Analakely, ont été agressées par des éléments de la Cua.

C’était lors d’une séance d’assainissement nocturne menée au centre-ville, notamment du côté d’Ambatomena, Analakely, Ambodifilao, Tsaralalàna et Petite vitesse. En fait, les agents de la Municipalité ne se sont pas gênés à chasser et insulter les deux femmes ainsi que de détruire leurs équipements comme la vitrine et les réchauds. Ils ont ensuite jeté de l’eau sur les victimes, lesquelles ont dû se défendre, mais en vain.

Au final, l’une des femmes victimes s’est écroulée par terre, à bout de force, avant d’être transportée à bord de la camionnette « mangabe » de la Municipalité. Cette scène a choqué plus d’un, lesquels s’opposent à l’usage de la force tout en proposant l’adoption d’une autre stratégie d’assainissement. Sanctionner les fournisseurs de marchandises serait une issue, d’après leurs dires, sans oublier l’aménagement des marchés pour accueillir ceux œuvrant dans l’informel.

 

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff