Publié dans Société

Fête de la Toussaint - Aucun « pont » décrété

Publié le vendredi, 28 octobre 2016

Déception. La plupart des travailleurs espèrent passer un long week-end pour la Toussaint, mais en vain. Ni le Conseil de Gouvernement ni celui des ministres n’a décrété une journée chômée et payée pour ce lundi 31 octobre, malgré les nombreuses attentes. « Il fallait s’y attendre. Les dirigeants actuels n’ont jamais accordé de pont, contrairement à ceux d’avant.

Pourtant, ils se permettent de multiplier les voyages et vacances tant à Madagascar qu’à l’étranger. Pendant ce temps, les contribuables paient leurs dépenses en travaillant dur pour combler la caisse de l’Etat », constate un cadre auprès d’une Institution publique localisée dans la Capitale. Effectivement, le Conseil des ministres se fera la semaine prochaine dans la ville d’Antsiranana, où tous les dirigeants vont plutôt se détendre après quelques heures de concertation. Cette décentralisation de l’administration a débuté le mois dernier à Toamasina.

Week-end à la campagne

Malgré l’absence d’un pont, bon nombre de citadins envisagent de quitter la ville des Mille pour rejoindre leurs villages à partir de samedi prochain. « La fête de la Toussaint est pour nous une occasion de rendre visite à nos familles d’une part et à déposer des gerbes au tombeau familial, de l’autre. C’est un rendez-vous à ne pas rater, même sans l’octroi d’une journée chômée pour lundi. Nous devrions juste arranger notre programme, en quittant la ville dès demain après-midi (ndlr ce jour) pour y revenir dimanche», témoigne Perle R., une mère de famille originaire de Moramanga mais qui habite à Antananarivo.

Comme notre interlocutrice, certains habitants envisagent d’avancer le dépôt de gerbes pour ce week-end et se reposer chez eux durant la journée du 1er novembre, après avoir travaillé le lundi. Notons que les réservations auprès des coopératives de la zone régionale et nationale augmentent depuis hier. Certains transporteurs en profitent pour réviser à la hausse leur tarif, comme à l’accoutumée.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff