Publié dans Société

Personnes en situation de handicap - Les blocages se multiplient à l’université

Publié le vendredi, 28 octobre 2016

Une trentaine d’universitaires handicapés à Ankatso. Ces personnes en situation de handicap (Psh) suivent leurs études supérieures auprès de divers Départements de l’université d’Antananarivo. Parmi ces handicapés figurent des aveugles et des infirmes motrices cérébrales (Imc), entre autres.

 

Pourtant, ils font face à divers blocages qui nuisent non seulement à leurs études mais aussi à leur épanouissement. « Un de nos pairs, un Imc, a été exclu de notre Département Economie pour tentative de fraude en 2015. En fait, ce genre de personne handicapée ayant une capacité limitée d’écrire et de parler, a toujours besoin d’assistance durant les examens. Ce secrétaire se charge notamment des transcriptions, quoique l’université refuse de le reconnaître », fait part Jacques Clogène Ratsiresena, président des étudiants handicapés auprès de l’université d’Antananarivo. Ladite association a adressé une demande d’autorisation de redoublement pour cette victime, mais aucune réponse ne lui a été donnée jusqu’à maintenant. « Une charte sur les droits des Psh devrait être établie à l’université d’Antananarivo pour que les étudiants handicapés puissent étudier dans la sérénité. Ceci d’autant plus qu’ils se débrouillent bien par rapport aux étudiants normaux, si l’on tient compte de leurs notes et résultats », avance notre interlocuteur.

Accessibilité limitée

Comme de nombreux établissements publics à Madagascar, l’université d’Antananarivo ne dispose pas d’infrastructures accessibles aux Psh. Un problème d’accessibilité qui constitue une démotivation de plus pour les handicapés ayant leur diplôme de baccalauréat. Ces derniers optent soit pour la cessation des études supérieures, soit pour les formations professionnelles. Seuls quelques-uns d’entre eux participent aux concours d’entrée à l’université. « Notre association, avec l’aide des partenaires, a déjà financé les travaux de construction de rampes d’accès à la bibliothèque universitaire. De plus, les 4 ordinateurs avec des logiciels et documents numériques y ont été installés, à la disposition des 4 aveugles et la malvoyante qui étudient à Ankatso », rapporte le président. Quoi qu’il en soit, ladite association renforce son plaidoyer auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique non seulement pour l’adoption d’une charte spécifique, mais également pour améliorer l’accessibilité des Psh en milieu universitaire. Un projet y afférent est actuellement en cours de mise en œuvre. Notons qu’une fois diplômé, l’intégration du monde professionnel constitue un dur combat pour les handicapés, à cause de l’exclusion persistante. Certains d’entre ces diplômés choisissent ainsi de mener leurs propres affaires, par exemple à travers la création de petites entreprises ou ateliers, sans oublier les Organisations non gouvernementales (Ong) et autres.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff