Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Nouvelles taxes dans la Lfi 2017 - Jean Max Rakotomamonjy évite de se mouiller

Publié le mercredi, 09 novembre 2016

Les nouvelles taxes inscrites dans ce projet de loi de Finances 2017 agitent les réseaux sociaux et l’opinion malagasy en général depuis quelques jours. Certains observateurs crient au matraquage fiscal. Le texte prévoit notamment la taxe de résidence pour le développement auprès de la Commune ou encore la taxe de protection civile.

Face au tollé provoqué par ces nouvelles taxes, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy a évité de se mouiller. « Il faut peser le pour et le contre. Quand on regarde une loi de Finances, il  faut veiller à regarder les diminutions mais aussi les hausses », a indiqué le tenant du perchoir de la Chambre basse, en marge du « Séminaire parlementaire sur les processus budgétaires et les questions d’éthique et de déontologie parlementaire », qui se déroule à Tsimbazaza durant deux jours.

Selon le projet de loi entre les mains des parlementaires, la taxe de résidence pour le développement auprès de la Commune, d’un montant limité à 5 000 ariary par an, concerne tout résident âgé entre 21 et 60 ans. La taxe de protection civile concerne les propriétaires du ou des chiens ou animaux dangereux domestiqués, d’armes blanches au 1er janvier de l’exercice d’imposition ou s’il n’est pas connu, par leur détenteur à cette date.

Si le texte est adopté tel quel, c’est-à-dire sans amendements par les parlementaires, les contribuables devront se résoudre  à payer toujours plus pour le fonctionnement de leurs  institutions, des collectivités territoriales décentralisées.  Notons qu’une nouvelle rencontre entre les députés, le ministère des Finances et du Budget ainsi que le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation est programmée pour demain. Le programme de la session parlementaire ordinaire en cours affiché au Palais de Tsimbazaza ne mentionne pas pour l’instant le projet de loi de Finances 2017. Les députés devront encore attendre avant d’en finir avec l’examen du projet de loi. La question est de savoir si le vote aura lieu avant ou après le Sommet de la Francophonie.

 

L.A.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff