Publié dans Société

Assassinat d’une jeune fille à Ambohitrimanjaka - Le présumé tueur meurt criblé de balles

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

L’opinion a été marquée par l’assassinat atroce survenu le 8 décembre d’une jeune fille de 15 ans. Le cadavre décapité a été retrouvé à l’intérieur d’un sac au niveau d’une intersection de voie et d’un pont à Ambohitrimanjaka. Suite à une plainte déposée par sa grand-mère, le développement de l’enquête a permis d’identifier le présumé tueur. Hier, vers 5h du matin, ce dernier était en état d’arrestation alors qu’il se trouvait encore au lit, à Anosibe. Mais  l’homme, âgé de 35 ans, a tenté de s’échapper encore, malgré les fermes avertissements des policiers afin qu’il se rende sur-le-champ.

Sa tentative afin de semer les policiers, a débouché sur son élimination, de façon sanglante. Après l’avoir pourchassé à travers les dédales de ruelles de ce quartier, les Forces de l’ordre ont dû alors ouvrir le feu sur le fugitif, le criblant ainsi de balles. Les projectiles lui ont fait éclater la boîte crânienne et son thorax en a été également truffé. Selon les premiers éléments de l’information, le suspect avait été longtemps recherché et serait un homme particulièrement dangereux. Domicilié à Ampitatafika gare, du District d’Antanifotsy, il a expressément quitté sa résidence dans cette localité pour s’établir en cachette à Anosibe. De sources convergentes, il a été poussé par la peur d’être démasqué. D’une découverte à l’autre, on apprend que le concerné serait un dealer dont la spécialité est le commerce illicite de « paraky gasy » et de chanvre.

La jeune fille victime de ce meurtre abominable n’est autre qu’une proche de l’épouse de l’assassin. Cette orpheline de père et de mère a commencé à ne plus donner aucun signe de vie depuis le 5 décembre où elle était censée aller à l’école. Pour le moment, la Police n’a pas encore confirmé que l’adolescente avait été violée. Cependant, le fait que la partie inférieure de son corps a été dénudée, renforce le doute sur ce sujet. Enfin, la Police poursuit encore ses recherches car elle soupçonne que le trentenaire abattu hier à Anosibe, aurait opéré avec des complices.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff