Publié dans Société

Protection sociale des Ecd - Focus sur les responsables d’organismes publics

Publié le vendredi, 23 décembre 2016

Ordonnateurs, payeurs, comptables, gestionnaires de dossiers, etc. Sensibiliser ces principaux responsables d’organismes publics à travers une formation constitue un moyen pour la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) et le Trésor public de promouvoir la protection sociale des employés de courte durée (Ecd). Bon nombre d’entre eux restent privés de leurs droits fondamentaux même après plusieurs années de service auprès d’un établissement public. Une situation qui s’explique notamment par le non - paiement des cotisations à la Caisse.


Souvent, les employés et responsables des ressources humaines ignorent que leurs devoirs ne se limitent pas au fait de payer les salaires des travailleurs. Le versement des cotisations patronales est un devoir important pour que les salariés bénéficient pleinement de leurs droits. Cela concerne non seulement les diverses prestations familiales comme l’allocation prénatale, l’allocation de maternité, l’allocation familiale, le remboursement des frais médicaux d’accouchement, l’indemnité de demi-salaire de la femme en couche, etc., mais aussi les pensions de retraite. A cela s’ajoutent les droits légaux et légitimes en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Si les divers responsables n’assument pas leur responsabilité, les salariés risqueront de perdre leurs droits.


Les missions de la Cnaps ou encore les procédures à suivre et à respecter pour bénéficier des prestations font partie des sujets abordés durant les formations octroyés pour les responsables des organismes publics et collectivités décentralisées, au profit des agents contractuels. Ceux des Régions de Melaky et de Bongolava en ont été récemment formés. Les séances constituent également une occasion de remédier aux connaissances fragmentaires du public sur la Caisse d’une part et de trouver ensemble des solutions face aux problèmes avancés par les participants, de l’autre.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff