Publié dans Société

« Tanàna Krismasy » - 
Echappatoire aux soucis pour les Tananariviens

Publié le vendredi, 23 décembre 2016


Un espace dédié aux enfants, mais aussi un lieu de délassement pour les adultes. Des centaines de Tananariviens ont investi le Village de Noël ou « Tanàna Krismasy » à Andohatapenaka, depuis le mardi 20 décembre dernier. Bien que ce soient des jours ouvrables, les Tananariviens sont venus en masse depuis l’ouverture du Village et participent pleinement aux activités. On a toutefois observé que la plupart des visiteurs sont venus pour se délasser et se promener entre amis pour oublier un peu les soucis quotidiens.


« Je suis ici parce que mon fils de cinq ans a voulu que je l’y emmène pour voir le père Noël. Dans la foulée, j’ai appelé des collègues de travail, car nous ne travaillons pas cette semaine, et nous en avons profité pur nous déstresser. C’est pour moi une occasion de faire une pause, oublier les problèmes quotidiens, le délestage et tout ! Cela fait du bien, même si ce n’est que pour quelques heures », a témoigné Thierry Raharison, père de famille habitant à Andohatapenaka, hier. D’autres groupes d’individus, plus jeunes, ont décidé d’investir les lieux pour voir leur groupe préféré sur scène, notamment les chorales. C’est le cas des jeunes gens qui ont décidé d’aller en groupe pour voir la chorale Gmmc, jeudi soir.

Programme

Il restera encore six jours avant que le Village de Noël ne ferme ses portes, le 30 décembre  prochain. Plusieurs manifestations auront lieu pendant ces 10 jours de festivités. Le père Noël y est présent pour les enfants. Les petits pourront conter leurs souhaits et lire leurs lettres dans sa maison à visiter. Des articles de cadeau tels que des bijoux, des jouets, des vêtements, des articles de technologie, de la nourriture, ou encore des œuvres artisanales, y sont vendus pour les petits et les grands pour faciliter les achats de Noël.


En fin de journée, des concerts à volonté et des espaces resto sont également disponibles.
Le 24 décembre, de 9 heures à 18 heures, un « food court » sera accessible au public pour une restauration sur place, de même qu’un coin café. Côté sécurité, un dispositif de sécurité avec scanner et caméras de surveillance y sera installé. 150 stands prendront part à cet évènement. Pour cette première édition, les organisateurs visent 30 000 visiteurs.
Tiasoa Samantha  

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff