Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Décès d’une parturiente à Befelatanana - Le ministère de la Santé publique se disculpe

Publié le mercredi, 01 mars 2017

Dû au retard de consultation de l’hôpital ! C’est ce que le secrétaire général (Sg) du ministère de la Santé publique (Msp) en la personne du Dr Joséa Ratsirarson a avancé hier, questionné sur le décès d’une parturiente et de son bébé au centre hospitalier universitaire en gynécologie obstétrique de Befelatanana (Chugob).

En fait, la mort de cette femme en train d’accoucher à ladite maternité la semaine dernière, rapportée par une chaîne télévisée malgache, a créé la polémique notamment dans la Capitale. La plupart des citadins ont pointé du doigt les médecins et la qualité de service à désirer dans les hôpitaux publics, en particulier pour les patients qui n’ont pas les moyens. « Les informations entre nos mains révèlent que le décès de cette femme et de son bébé est dû au retard de consultation. Pourquoi prévoir dès maintenant l’attribution de sanction aux médecins ? », a avancé le Sg. « Une investigation à ce sujet, assurée par des inspecteurs de santé, est actuellement en cours. Le ministère ne fait aucune pression pour accélérer les enquêtes y afférentes. Cependant, nous allons sûrement prendre notre responsabilité en cas de faute administrative, sinon cette affaire sera référée aux autres autorités compétentes, dont la Justice », poursuit notre source.
Numéros verts
Divers centres hospitaliers disposent actuellement de numéros verts, opérationnels 24h sur 24 et 7 jours sur 7. « Les patients et leurs familles peuvent faire des réclamations ou discuter avec les responsables des hôpitaux à travers ces lignes vertes. L’hôpital d’Ambohimiandra en possède deux. La maternité de Befelatanana en dispose aussi. Je suis surpris que les familles des victimes n’ont pas appelé ces numéros verts », s’exprime le Sg du Msp. D’un autre côté, une enquête de satisfaction est en cours de mise en œuvre auprès des hôpitaux publics, afin d’évaluer les prestations. Le but étant d’améliorer la qualité de service, afin que les patients puissent être pris en charge comme il se doit.
Pour revenir au décès d’une parturiente et son bébé à Befelatanana, le Sg du ministère n’a pas manqué d’exprimer sa sympathie envers la famille des victimes. Quant à l’appendicectomie qui aurait mal passé à l’hôpital de Mahitsy, notre interlocuteur a annoncé la tenue d’une inspection et de recoupement des faits sur place. Affaire à suivre !
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff