Publié dans Société

Eaux stagnantes à Ilanivato - Les habitants dénoncent l’inertie des dirigeants !

Publié le mardi, 14 mars 2017

« C’en est trop ! Nous vivons avec de l’eau sale qui stagne dans notre quartier depuis maintenant une semaine. Les eaux occupent non seulement les chaussées mais pénètrent aussi dans nos foyers. Nous en avons parlé avec divers responsables, dont le président du " Fokontany ", le chef de District ou encore des représentants de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua), mais en vain. Ils semblent se moquer de nos problèmes », s’exprime un des habitants d’Ilanivato Anosipatrana.

Hier, ces derniers ont exprimé hier leur mécontentement à travers une descente dans la rue, banderoles à l’appui, face à l’inertie des dirigeants. En fait, cette stagnation des eaux de pluie s’explique notamment par le problème d’évacuation. Une situation aggravée non seulement par le non-respect du plan d’urbanisme, avec le pullulement des constructions illicites, mais surtout par l’obstruction des diverses canalisations dans cette zone basse. « Nous endurons ce calvaire presque chaque année, durant la saison des pluies. Apparemment, aucun responsable n’est disposé à éradiquer ce problème malgré nos appels de détresse. Où sont les ingénieurs et techniciens ? », hurlent les habitants.
Des solutions à court terme
Divers responsables du « Fokontany », du District, de la Cua et du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc) ont fait une descente dans cette localité, samedi dernier, pour constater de visu la situation et déterminer une issue au problème. Ainsi, la mobilisation de motopompes pour retirer les eaux a fait partie des solutions à court terme proposées. D’ailleurs, cela se faisait automatiquement depuis des années, avant que les responsables s’immobilisent dernièrement. Outre le pompage des eaux, les habitants suggèrent aussi l’ouverture des canaux bloqués dans les « Fokontany » environnants pour faciliter l’évacuation des eaux. L’obstacle réside toutefois dans l’identification des lieux où elles seront évacuées, selon le rapport du Bngrc. En attendant la mobilisation des dirigeants, les habitants d’Ilanivato réitèrent leurs appels à l’aide pour les faire sortir de cette galère permanente depuis le passage du cyclone Enawo, la semaine dernière. « Nous sommes contraints de confier nos enfants et parents à nos familles et proches, pour éviter qu’ils tombent malades à cause de l’eau stagnante et de l’odeur nauséabonde qu’elle dégage. De plus, nos meubles et biens sont abîmés par les eaux », témoigne une mère de famille dans l’angoisse. « Que les candidats voulant se présenter à l’élection présidentielle de 2018 se manifestent maintenant pour remédier à ce problème persistant. Si l’un d’entre eux en trouve une issue, nous voterons pour lui sans aucun doute », lance un autre père de famille. Notons que l’intervention de l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (Apipa) sera d’une grande aide pour ces habitants en détresse. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff