Publié dans Société

Ivato - Un couple de Chinois sauvagement assassiné

Publié le vendredi, 17 mars 2017

Stupeur mêlée d’horreur chez les employés d’un hôtel, la nuit du mercredi à Ivato. En effet,  le spectacle d’une effroyable effusion de sang s’offrait à leurs yeux. Les corps sans vie de deux Chinois, une femme et un homme, ont été retrouvés dans une chambre de l’établissement. Les membres du personnel se sont alarmés en ne voyant pas leurs clients se manifester. Selon un premier constat, les victimes qui sont des époux, auraient été sauvagement assassinées car leurs corps portaient des traces de multiples blessures occasionnées à la fois comme avec un objet tranchant, ou par des coups violemment assenés, du moins selon une source auprès de la Brigade criminelle.

Lors de notre investigation,  il manquait encore certaines précisions à propos de ce double assassinat. L’un des seuls éléments qui a filtré, c’est que les victimes étaient des investisseurs sans qu’on n’ait pas su dans quel domaine elles opéraient. La source policière s’est simplement bornée à dire que le couple a été déclaré porté disparu depuis le 15 mars dernier.  « C’est la seule chose qu’on puisse vous dire, du moins pour le moment, la Police étant encore en pleine investigation », nous assure-t-on encore. A la question donc de savoir s’il pourrait avoir l’ombre d’un possible règlement de compte impliquant la diaspora chinoise du pays dans cette affaire, la Police d’affirmer que l’hypothèse n’est pas à exclure. Mais en attendant que les enquêteurs puissent apporter un éclaircissement valable, gageons que cette affaire suscite toutes les supputations. Des observateurs ont été ainsi amenés à croire que les époux se seraient entretués pour un motif qui échappe au commun des mortels. D’autres privilégient la piste d’un acte de banditisme banal, bref tous les pronostics susceptibles de répondre à toutes les questions non éludées.

De nombreux Chinois résidant au pays ont déjà subi des agressions de ce genre, mais celles qui se sont récemment produites à Ivato dépassent l’entendement. Généralement, des tueurs à gages ont été engagés et cela n’exclut donc pas l’implication tacite ou ouverte de Malgaches, qui sont souvent des employés ou ex-employés des victimes. Le cas d’une directrice d’entreprise ayant pignon sur rue à Behoririka et dont le cadavre a été retrouvé dans un véhicule 4x4 il y a quelques années à Soamanandrariny, ou bien celui d’un autre couple de chinois, qui a échappé de justesse à une mort violente chez lui à Ambohibao Antehiroka vers le début de cette année, illustrent bien cette situation. Affaire à suivre. 
Franck Roland

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff