Publié dans Société

Ivato - Un couple de Chinois sauvagement assassiné

Publié le vendredi, 17 mars 2017

Stupeur mêlée d’horreur chez les employés d’un hôtel, la nuit du mercredi à Ivato. En effet,  le spectacle d’une effroyable effusion de sang s’offrait à leurs yeux. Les corps sans vie de deux Chinois, une femme et un homme, ont été retrouvés dans une chambre de l’établissement. Les membres du personnel se sont alarmés en ne voyant pas leurs clients se manifester. Selon un premier constat, les victimes qui sont des époux, auraient été sauvagement assassinées car leurs corps portaient des traces de multiples blessures occasionnées à la fois comme avec un objet tranchant, ou par des coups violemment assenés, du moins selon une source auprès de la Brigade criminelle.

Lors de notre investigation,  il manquait encore certaines précisions à propos de ce double assassinat. L’un des seuls éléments qui a filtré, c’est que les victimes étaient des investisseurs sans qu’on n’ait pas su dans quel domaine elles opéraient. La source policière s’est simplement bornée à dire que le couple a été déclaré porté disparu depuis le 15 mars dernier.  « C’est la seule chose qu’on puisse vous dire, du moins pour le moment, la Police étant encore en pleine investigation », nous assure-t-on encore. A la question donc de savoir s’il pourrait avoir l’ombre d’un possible règlement de compte impliquant la diaspora chinoise du pays dans cette affaire, la Police d’affirmer que l’hypothèse n’est pas à exclure. Mais en attendant que les enquêteurs puissent apporter un éclaircissement valable, gageons que cette affaire suscite toutes les supputations. Des observateurs ont été ainsi amenés à croire que les époux se seraient entretués pour un motif qui échappe au commun des mortels. D’autres privilégient la piste d’un acte de banditisme banal, bref tous les pronostics susceptibles de répondre à toutes les questions non éludées.

De nombreux Chinois résidant au pays ont déjà subi des agressions de ce genre, mais celles qui se sont récemment produites à Ivato dépassent l’entendement. Généralement, des tueurs à gages ont été engagés et cela n’exclut donc pas l’implication tacite ou ouverte de Malgaches, qui sont souvent des employés ou ex-employés des victimes. Le cas d’une directrice d’entreprise ayant pignon sur rue à Behoririka et dont le cadavre a été retrouvé dans un véhicule 4x4 il y a quelques années à Soamanandrariny, ou bien celui d’un autre couple de chinois, qui a échappé de justesse à une mort violente chez lui à Ambohibao Antehiroka vers le début de cette année, illustrent bien cette situation. Affaire à suivre. 
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff