Publié dans Société

Ivato - Un couple de Chinois sauvagement assassiné

Publié le vendredi, 17 mars 2017

Stupeur mêlée d’horreur chez les employés d’un hôtel, la nuit du mercredi à Ivato. En effet,  le spectacle d’une effroyable effusion de sang s’offrait à leurs yeux. Les corps sans vie de deux Chinois, une femme et un homme, ont été retrouvés dans une chambre de l’établissement. Les membres du personnel se sont alarmés en ne voyant pas leurs clients se manifester. Selon un premier constat, les victimes qui sont des époux, auraient été sauvagement assassinées car leurs corps portaient des traces de multiples blessures occasionnées à la fois comme avec un objet tranchant, ou par des coups violemment assenés, du moins selon une source auprès de la Brigade criminelle.

Lors de notre investigation,  il manquait encore certaines précisions à propos de ce double assassinat. L’un des seuls éléments qui a filtré, c’est que les victimes étaient des investisseurs sans qu’on n’ait pas su dans quel domaine elles opéraient. La source policière s’est simplement bornée à dire que le couple a été déclaré porté disparu depuis le 15 mars dernier.  « C’est la seule chose qu’on puisse vous dire, du moins pour le moment, la Police étant encore en pleine investigation », nous assure-t-on encore. A la question donc de savoir s’il pourrait avoir l’ombre d’un possible règlement de compte impliquant la diaspora chinoise du pays dans cette affaire, la Police d’affirmer que l’hypothèse n’est pas à exclure. Mais en attendant que les enquêteurs puissent apporter un éclaircissement valable, gageons que cette affaire suscite toutes les supputations. Des observateurs ont été ainsi amenés à croire que les époux se seraient entretués pour un motif qui échappe au commun des mortels. D’autres privilégient la piste d’un acte de banditisme banal, bref tous les pronostics susceptibles de répondre à toutes les questions non éludées.

De nombreux Chinois résidant au pays ont déjà subi des agressions de ce genre, mais celles qui se sont récemment produites à Ivato dépassent l’entendement. Généralement, des tueurs à gages ont été engagés et cela n’exclut donc pas l’implication tacite ou ouverte de Malgaches, qui sont souvent des employés ou ex-employés des victimes. Le cas d’une directrice d’entreprise ayant pignon sur rue à Behoririka et dont le cadavre a été retrouvé dans un véhicule 4x4 il y a quelques années à Soamanandrariny, ou bien celui d’un autre couple de chinois, qui a échappé de justesse à une mort violente chez lui à Ambohibao Antehiroka vers le début de cette année, illustrent bien cette situation. Affaire à suivre. 
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff