Publié dans Société

Meurtre d’un couple de Chinois - Un suspect chinois recherché

Publié le dimanche, 19 mars 2017

Après l’atroce et double découverte macabre la semaine dernière des corps d’un couple de Chinois dans sa chambre d’hôtel à l’hôtel Paon d’Or,  un Chinois du nom de Jiang Shao Wei, le présumé tueur, échappe aux gendarmes et aux policiers. Le concerné fait donc l’objet de recherche. Toute personne susceptible de trouver ses traces est invitée à contacter les numéros de téléphone suivants : 0340551726 / 0340552903.

Après son forfait, le fugitif s’est enfui avec le véhicule 4x4 appartenant aux victimes mais dont l’immatriculation aurait été déjà modifiée, selon un rapport de la Police. Mais lorsque la Police et la Gendarmerie allaient lui mettre la main dessus, le suspect a réussi à s’échapper en abandonnant la voiture sur la route menant à Amboanjobe. L’on affirme alors que le fugitif a fait l’objet d’une chasse à l’homme entre Ambohibao et Amboanjobe le soir du mercredi. D’ailleurs, la Police a déclaré que l’homme qui est traqué se serait caché quelque part dans cette localité de la banlieue de la Capitale, et ce, depuis vendredi soir.

Pour revenir à la genèse du drame, les époux quadragénaires ont commencé à ne plus donner aucun signe de vie depuis le 15 mars dernier. Le lendemain de leur disparition, leurs enfants étaient venus porter plainte auprès de la Brigade criminelle à Anosy. Excepté la fuite du suspect, on a également su que c’est lui qui aurait loué la chambre d’hôtel pour les époux. L’on estime donc que les trois se connaissent, les victimes sont plutôt connues comme étant des investisseurs. Cependant, aucune information n’a encore filtrée sur le motif les ayant poussés à louer cette chambre du Paon d’Or alors que ces époux possèdent une propriété à Ivato même. Le mobile de ce double assassinat reste encore donc une énigme, du moins pour le moment.

La tuerie de ces époux chinois relève de la barbarie, voire du sadisme. Leurs cadavres ont été retrouvés dans la salle de bains, selon la Police. Les instruments du meurtre, un marteau et un poignard tout encore souillés de sang, ont été trouvés sur les lieux du crime lorsque les enquêteurs ont fait le constat. « En ce qui concerne le dénommé Jiang, il aurait obtenu un coup de main de complices pour perpétrer les meurtres », apprend-on du côté de la Police nationale. Hier, les dépouilles attendent encore une autopsie à la morgue de l’hôpital Hjra. Des membres de la fratrie du chef de famille assassiné y étaient venus à cet objectif.
Franck Roland

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff