Publié dans Société

Viol d’une fillette de 18 mois - Les médecins de l’Hjra vont porter plainte

Publié le jeudi, 20 avril 2017

A compter de ce jour, l’auteur du forfait innommable, un planton au sein d’une école d’expression française, ne devrait plus vraiment connaître la paix.  Le suspect, qui n’est autre que le beau-père de la victime, a violenté sa belle-fille, une fillette d’à peine 18 mois. Face à cette situation que les médecins de l’hôpital Hjra ont qualifié d’inadmissible et d’intolérable,  ces derniers ont décidé de porter plainte, aussi bien contre le beau-père de l’enfant, mais aussi contre sa mère pour maltraitance et non assistance à personne en danger.

L’anus de la victime ainsi que son appareil digestif ont terriblement souffert de la conséquence du viol. Pourquoi la maman de l’enfant se trouve-t-elle aussi dans la ligne de mire des médecins de cet hôpital ? Son attitude envers la petite l’a trahie. « On a l’impression que cette femme aurait tyrannisé la pauvre petite, donc complice de son compagnon dans l’accomplissement de son forfait, au point que l’enfant est inconsolable chaque fois que sa mère la prend dans ses bras », objecte notre source. Puisque la coupe déborde, les cliniciens, de peur que cette agression ne soit passée sous silence, ont décidé de réagir et faire front commun contre ces adultes irresponsables et au  comportement criminel. Ces deux dernières années, on assiste à une dégradation sans précédent de mentalité chez de nombreux habitants de la Capitale. A cette absence totale de conscience chez certains hommes surtout, s’ajoute la consommation de drogue et d’alcool. Beaucoup seraient également des grands frustrés dans le domaine du sexe qu’ils s’en prennent de plus en plus à des petites innocentes. Mais comme on ne le répétera jamais assez, la télé et la vidéo ont une influence désastreuse sur les esprits. Encore une fois, le régime en place, du moins le ministère concerné, ne fait toujours rien face à ce problème.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff