Publié dans Société

Viol d’une fillette de 18 mois - Les médecins de l’Hjra vont porter plainte

Publié le jeudi, 20 avril 2017

A compter de ce jour, l’auteur du forfait innommable, un planton au sein d’une école d’expression française, ne devrait plus vraiment connaître la paix.  Le suspect, qui n’est autre que le beau-père de la victime, a violenté sa belle-fille, une fillette d’à peine 18 mois. Face à cette situation que les médecins de l’hôpital Hjra ont qualifié d’inadmissible et d’intolérable,  ces derniers ont décidé de porter plainte, aussi bien contre le beau-père de l’enfant, mais aussi contre sa mère pour maltraitance et non assistance à personne en danger.

L’anus de la victime ainsi que son appareil digestif ont terriblement souffert de la conséquence du viol. Pourquoi la maman de l’enfant se trouve-t-elle aussi dans la ligne de mire des médecins de cet hôpital ? Son attitude envers la petite l’a trahie. « On a l’impression que cette femme aurait tyrannisé la pauvre petite, donc complice de son compagnon dans l’accomplissement de son forfait, au point que l’enfant est inconsolable chaque fois que sa mère la prend dans ses bras », objecte notre source. Puisque la coupe déborde, les cliniciens, de peur que cette agression ne soit passée sous silence, ont décidé de réagir et faire front commun contre ces adultes irresponsables et au  comportement criminel. Ces deux dernières années, on assiste à une dégradation sans précédent de mentalité chez de nombreux habitants de la Capitale. A cette absence totale de conscience chez certains hommes surtout, s’ajoute la consommation de drogue et d’alcool. Beaucoup seraient également des grands frustrés dans le domaine du sexe qu’ils s’en prennent de plus en plus à des petites innocentes. Mais comme on ne le répétera jamais assez, la télé et la vidéo ont une influence désastreuse sur les esprits. Encore une fois, le régime en place, du moins le ministère concerné, ne fait toujours rien face à ce problème.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia
  • Agence Malagasy de développement économique - Peu de réalisations concrètes
  • Team building à Mantasoa - Au bord d’un lac artificiel entouré d’énigmes
  • Energie verte - Mialy Rajoelina, leader de l'Afrique
  • Gouvernement - Un « team building » sous le signe de l’hypocrisie
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Grosse inquiétude sur le salaire de février

La Une

Editorial

  • Mauvais augure
    Signal raté. De source bien informée, les autorités en tant que supérieurs hiérarchiques, auraient (le conditionnel est de rigueur) refusé la démission du directeur général de l’Autorité de la régulation des marchés publics (Armp), Philibert Tovoherihavana. En effet, le Dg de l’Armp, sous la pression des attaques virulentes de l’opinion à travers les réseaux sociaux et celles de la presse audio-visuelle et écrite, aurait (toujours au conditionnel) déposé auprès de madame le ministre des Finances et du Budget (Mfb) la demande qu’il soit écarté de ses fonctions. Le Mfb, Mme Vonintsalama Andriambololona, le patron, aurait apposé une fin de non-recevoir à la requête.  A notre humble niveau et si les erreurs s’avéraient exactes, nous ne pouvons que reconnaître la noblesse d’esprit du Dg incriminé. Il mettrait en avant le respect de l’éthique et de la déontologie de la responsabilité. Une charge aussi complexe que stratégique comme celle de la gestion…

A bout portant

AutoDiff