Publié dans Société

Viol d’une fillette de 18 mois - Les médecins de l’Hjra vont porter plainte

Publié le jeudi, 20 avril 2017

A compter de ce jour, l’auteur du forfait innommable, un planton au sein d’une école d’expression française, ne devrait plus vraiment connaître la paix.  Le suspect, qui n’est autre que le beau-père de la victime, a violenté sa belle-fille, une fillette d’à peine 18 mois. Face à cette situation que les médecins de l’hôpital Hjra ont qualifié d’inadmissible et d’intolérable,  ces derniers ont décidé de porter plainte, aussi bien contre le beau-père de l’enfant, mais aussi contre sa mère pour maltraitance et non assistance à personne en danger.

L’anus de la victime ainsi que son appareil digestif ont terriblement souffert de la conséquence du viol. Pourquoi la maman de l’enfant se trouve-t-elle aussi dans la ligne de mire des médecins de cet hôpital ? Son attitude envers la petite l’a trahie. « On a l’impression que cette femme aurait tyrannisé la pauvre petite, donc complice de son compagnon dans l’accomplissement de son forfait, au point que l’enfant est inconsolable chaque fois que sa mère la prend dans ses bras », objecte notre source. Puisque la coupe déborde, les cliniciens, de peur que cette agression ne soit passée sous silence, ont décidé de réagir et faire front commun contre ces adultes irresponsables et au  comportement criminel. Ces deux dernières années, on assiste à une dégradation sans précédent de mentalité chez de nombreux habitants de la Capitale. A cette absence totale de conscience chez certains hommes surtout, s’ajoute la consommation de drogue et d’alcool. Beaucoup seraient également des grands frustrés dans le domaine du sexe qu’ils s’en prennent de plus en plus à des petites innocentes. Mais comme on ne le répétera jamais assez, la télé et la vidéo ont une influence désastreuse sur les esprits. Encore une fois, le régime en place, du moins le ministère concerné, ne fait toujours rien face à ce problème.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff