Publié dans Société

Education - Filatex au chevet des élèves…

Publié le jeudi, 20 avril 2017

Une nouvelle réhabilitation à l’endroit de l’Ecole primaire publique (Epp)  d’Andrefan’Ambohijanahary. Engagé, considérablement dans le domaine éducatif, le groupe Filatex s’est fait plaisir de renouveler les bâtiments de cet établissement public.

Suite aux demandes lancées à son encontre, cette entreprise a décidé de démontrer et de prouver encore une fois sa forte participation dans de telles actions. Dans le cadre de ce projet, le bâtiment ainsi que la clôture de la façade principale de cet établissement scolaire ont été réhabilités. Outre ces rénovations, le groupe s’est vu de rafraichir la peinture de la toilette et de créer un jardin à l’intérieur même de l’établissement.  Sa contribution ne s’arrête pas à ces actions de bienfaisance. Ainsi, une dotation de 200 tables-bancs a été également au programme. L’objectif se porte sur le fait d’offrir à ces élèves un cadre de travail motivant et sécurisant. Filatex a opté pour ce présent projet afin que l’épanouissement intellectuel de ces écoliers soit rehaussé considérablement. Par ailleurs, ces renouvellements apporteront des impacts positifs sur les bulletins scolaires des bénéficiaires à la fin de chaque trimestre. Lors d’un discours inaugural, le représentant du groupe a tenu à souligner l’importance du passage à l’école primaire. Il s’agit d’une étape fondatrice du développement des enfants. « Madagascar sera une nation moderne et prospère grâce aux élèves de l’Epp d’Andrefan’Ambohijanahary », continue-t-il. 

Nombre accru  des bénéficiaires

Le groupe Filatex, convaincu de l’essor économique de Madagascar par le développement durable, se mobilise pour que la jeunesse malagasy progresse et avance. En étant en collaboration avec le ministère de l’Education nationale (Men), cette entreprise a continué de renouveler les infrastructures d’autres établissements publics se trouvant dans la Capitale.  A ce titre, le lycée de Talatamaty a été édifié, sans parler des réhabilitations au niveau des 3 bâtiments de l’Epp d’Ambatolampy Tsimahafotsy. En ce qui concerne le lycée d’Ambohitrimanjaka, il vient également d’être doté de 200 chaises. Notons que de nombreuses autres écoles ont déjà bénéficié des kits scolaires. Le groupe Filatex requiert la responsabilité sociétale des citoyens malagasy, notamment les entreprises pour défendre cette cause.  En guise de reconnaissance, le Men a profité de la journée d’hier pour octroyer un certificat de reconnaissance au groupe Filatex pour tous ses actes de bienfaisance. 

Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff