Publié dans Société

Sécurisation foncière - Un guichet unique à Sainte-Marie

Publié le dimanche, 23 avril 2017

Plus besoin de débourser des frais exorbitants. Les habitants de l’île Sainte-Marie peuvent désormais demander des titres ou préparer d’autres dossiers relatifs à la sécurisation foncière dans ce District même.

Ceci suite à la mise en place d’un guichet foncier dans cette localité, inauguré samedi dernier. En fait, les usagers ont été contraints de se déplacer à Fénérive-Est, ancien rattachement de la Direction des services fonciers d’Analanjirofo, pour les demandes de prestations. Un éloignement qui a engendré des dépenses considérables. Pourtant, ce District enregistre actuellement 3 325 demandes de titres fonciers en attente, outre les 1 618 titres déjà établis. « Sainte-Marie recense de nombreux touristes qui y font des allers-retours, sans oublier les opérateurs touristiques qui s’y implantent. Raison pour laquelle le ministère de tutelle a décidé d’y mettre en place un guichet foncier. Ce dernier se chargera également des questions relatifs au domaine, la topographie et à l’aménagement du territoire », fait part Narson Rafidimanana, ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement (M2pate). Ce guichet unique, le 3e de la Région d’Analanjirofo, est le 9e service foncier dans la Province de Toamasina. 

Opération domaniale concentrée

Avant l’inauguration du guichet foncier de Sainte-Marie, la délégation du M2pate a procédé à la distribution de titres à Barikadimy Toamasina dans le cadre de l’opération domaniale concentrée (Odoc), vendredi dernier. Pour la première phase de ladite opération, 120 titres ont été distribués aux bénéficiaires, lesquels ont attribué chacun 400 000 ariary pour obtenir sa parcelle. En tout, 8 Ha de terrain viennent d’être cédés à ces usagers. Ces derniers devraient toutefois respecter le plan d’urbanisme dans les constructions. D’ailleurs, le ministre de tutelle n’a pas manqué de renforcer les sensibilisations à ce sujet, notamment face au pullulement des constructions illicites ou hors normes, ces derniers temps. Pour rappel, l’Etat a levé le défi de tripler le nombre de titres fonciers à distribuer auprès des Communes pour cette année 2017. Ce chiffre a toujours tourné autour de  5 000 à 10 000 titres par an ces dernières années. Le but étant d’atteindre l’objectif qu’est de réconcilier les Malagasy avec leurs terres.

Recueillis par  Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff