Publié dans Société

Tsiadana - Un braquage en plein jour fait un mort

Publié le vendredi, 05 mai 2017

Après une période d’accalmie, les hold-up visant des kiosques de  sociétés de téléphonie mobile,  ont repris leurs droits dans la Capitale. C’est ce qui était arrivé à un cash-point  situé non loin d’un arrêt de bus vers la fin de la matinée à Tsiadana, hier. Des tirs d’armes à feu à profusion ont été entendus dans un rayon d’au moins un kilomètre.

Là, un jeune homme de 16 ans a payé de sa vie lors de sa tentative afin de se lancer aux trousses des  4 assaillants. Ces derniers  venaient d’investir  le cash-point.  Les projectiles des bandits l’ont atteint sur différents endroits du corps. Le malheureux a été fauché en pleine course et s’affala dans une mare de sang. Pour couvrir leur fuite et afin de dissuader encore toute tentative afin de leur barrer le chemin, ces derniers auraient continué à tirer au jugé et en direction de tous ceux qui se sont hasardés à montrer plus d’audace pour les affronter.  Pour les autres piétons, tout comme le personnel du cash-point ciblé d’ailleurs,  c’était   la panique totale. Tout le monde se mettait à l’abri tandis que les malfaiteurs ont emprunté une ruelle environnante pour fuir  avec le butin. Là, aucun n’a osé se mettre en travers de leur chemin de crainte de récolter à son  tour une giclée de balles. Outre cette perte en vie humaine, le préjudice s’élève à quelques millions d’ariary sans que la source n’ait toutefois fourni plus de détails pour déterminer la somme exacte emportée.  Mais revenons dans le déroulement du braquage proprement dit. Les quatre bandits qui ont perpétré le hold-up étaient venus comme des clients ordinaires à l’endroit. Selon des témoins, ils ont subitement dégainé des armes de poing  avec lesquelles ils ont braqué sur le personnel du cash-point. Ce dernier a dû alors s’exécuter sous ces menaces pour fournir toutes les liquidités qui se trouvaient dans la caisse de la boutique,  des cartes de crédit mais aussi des téléphones. Tard  dans la soirée hier, la Brigade criminelle qui a confirmé la nouvelle de la mort de cet adolescent, a annoncé que ses éléments ont encore ratissé le secteur.  Pour le moment, aucune arrestation n’a été encore signalée. Dire qu’un communiqué de la Police venait à peine d’annoncer des coups de filet, juste dans cette partie orientale de la ville dont surtout Tsiadana.  Ce quartier serait la base-arrière des bandits. Le sanglant évènement d’hier a aussi  démontré que, malgré les récentes arrestations,  les Forces de l’ordre semblent être loin de pouvoir contrôler entièrement la situation. L’enquête suit son cours. 

Franck Roland

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff