Publié dans Société

Transport en commun - Une compensation mensuelle de 396 000 ariary

Publié le vendredi, 05 mai 2017

Le frais maintenu à 400 ariary. Une continuité de la compensation. Le frais de transport en commun à Antananarivo sera maintenu. Mensuellement, une somme de 396 000 ariary va être attribuée à tous les transporteurs urbains ayant rempli toutes les conditions. Près de 6 000 véhicules circulant dans tout Madagascar figureront parmi les bénéficiaires de ce projet de compensation forfaitaire.

A la fin de ce mois, via le système « Mobile Banking », chaque propriétaire de « taxi-be » desservant la ville d’Antananarivo, Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Majunga, Tamatave et Tuléar recevra cette somme. Cette réaction fait suite aux rumeurs concernant une velléité d’augmentation des frais de transport depuis lundi 1er mai. Les voyageurs se plaignent également de cette possibilité de nouvelle hausse qui va encore s’ajouter à leurs innombrables dépenses quotidiennes. D’autant plus que les transporteurs envisagent d’augmenter le prix du ticket à 500 ariary. Actuellement, le prix du litre du gazole est à 3 300 ariary, ce qui dépasse largement le prix de référence à 2 860 ariary, bénéficiable aux transporteurs. C’est ainsi que le Gouvernement malgache se rallie avec l’Agence des transports terrestres (Att) dans l’octroi des 440 ariary en plus. Les utilisateurs des « taxi-be » se doivent ainsi d’être rassurés par cette réaction à temps des responsables. Entre autres, il s’agit d’une compensation qui complètera les pertes pour que le tarif de 400 ariary soit maintenu au profit de tous les Malgaches. Cette somme sera à la disposition des transporteurs en règle à partir de ce mois de mai. Rappelons que cette compensation entre dans le projet élaboré par le Gouvernement et l’Att. Cette aide a été interrompue pendant quelques mois mais va être rétablie à partir de ce mois-ci. Elle ne s’arrêtera qu’au mois de décembre. Ce montant va être réduit ou sera même annulé lorsque le prix des carburants sera stable. En vue d’informer les publics sur le prolongement de ce projet concernant les transporteurs, l’Att a tenu une conférence de presse à Ampasampito, hier. Elle a profité de cette occasion pour rappeler aux concernés l’importance de la régularité de leurs dossiers. Il est nécessaire de communiquer à l’avance le numéro de compte ainsi que la lettre d’engagement. De ce fait, les transporteurs doivent les renouveller sur place. « Les papiers incomplets retardent considérablement les procédures lors de la répartition de cette compensation », indique Andry Rakotondrazafy, directeur général de l’Att. 
Kanto R.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff