Publié dans Société

Insécurité alimentaire - La situation demeure critique dans le Sud

Publié le dimanche, 07 mai 2017

Besoin de plus de 31,4 millions de dollars pour pouvoir continuer sa mission humanitaire. C’est ce que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a avancé dans son dernier rapport sur la situation dans le sud de l’Ile. Il est vrai que c’est une somme de grande envergure mais d’une grande nécessité également, parce qu’elle permettra de relever principalement les Régions d’Androy, d’Anosy et d’Atsimo-Andrefana.  Comme bon nombre de pays de l’Afrique Australe, Madagascar n’a pas échappé au phénomène « El Nino ». Et ce sont les gens habitant le sud de Madagascar qui en voient de toutes les couleurs. Ils n’ont pas accès à l’eau potable et ne peuvent pas manger à leur faim. D’après le rapport, les personnes en situation alimentaire précaire sont au nombre de  850 000. Elles subissent au quotidien l’insécurité alimentaire.  Par ailleurs, plus de 391 000 enfants, représentant 46 % de la population dans cette Région, ont besoin d’une assistance humanitaire immédiate. 35 000 parmi ces enfants sont âgés de 6 à 59 mois. Ces derniers ont besoin d’être traités contre le Syndrome d’activation macrophagique (Sam). Ces chiffres montrent encore l’étendue du travail de l’Unicef qui nécessite des supports psycho-sociaux ainsi que financiers. En effet, les aides venant de cet Organisme onusien n’ont permis de secourir que 350 000 personnes, soit 41 % de celles atteintes de l’insécurité alimentaire. Ces fonds serviront notamment à vulgariser l’eau potable dans le Sud, apporter des soins médicaux aux enfants atteints du Sam, favoriser la scolarisation des jeunes et surtout à éradiquer la famine. 
Le phénomène « El Nino » est toujours présent !
« El Nino » est un phénomène climatique naturel à l’origine des sécheresses, des pluies diluviennes, des innondations, des ouragans de grande force selon les régions du monde, mais surtout du blanchissement des récifs coralliens qui pourrait engendrer la mort de différentes espèces marines. De plus, l’Organisation météorologique mondiale (Omm) a annoncé que ce phénomène risque de s’étendre durant le second semestre de cette année. Cette agence des Nations unies estime qu’il y a  50 à 60 % de probabilité que ce phénomène revienne en force.  Donc, si tel est le bilan de l’Unicef à la première mi-temps  d’« El Nino », avec cette nouvelle information de l’Omm, qu’en sera-t-il pour la seconde période ?  Déjà que les gens de la Région du Sud sont à bout après quelques mois de période de soudure. Madagascar risquera d’avoir un gros problème si l’Etat ne prend pas des mesures draconniennes…
Rova R.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff