Publié dans Société

Route Tsarasaotra-Ivato - Les travaux toujours en suspens

Publié le jeudi, 11 mai 2017

Les riverains en grogne. La nouvelle route reliant Tsarasaotra et Ivato demeure inaccessible jusqu’à maintenant. Et ce depuis sa fermeture après le Sommet de la Francophonie, au mois de novembre dernier. D’après le ministre de tutelle, le remblai sur les rizières a besoin de temps pour se tasser, d’où la nécessité de suspendre toute circulation sur cette voie rapide.

Ce responsable a aussi avancé que les travaux de finition de la route, assurés par une entreprise chinoise, devront être bouclés dès la fin de la saison des pluies. Sa réouverture est même prévue au début du mois d’octobre prochain. Pourtant, la relance des travaux tarde. « Nous constatons des ouvriers en gilet fluo qui font des allers-retours dans cette route, mais en vain. Ils font probablement des inspections ou évaluations, sans passer aux travaux », témoigne Soa R., résidente du côté de Soavimasoandro. Cette voie rapide va, rappelons-le, donner directement accès sur l’aéroport d’Ivato depuis la  Capitale afin de désengorger  des zones rouges en matière  d’embouteillage, dont 67ha, Ambohimanarina, Ambodimita et Ambohibao. Elle desservira également les habitants de Soavimasoandro, Laniera et Ambatolampy Tsimahafotsy.
Un refuge pour les bandits
L’angoisse des riverains s’explique notamment par le fait que cette route sert ces derniers temps de refuge pour les pickpockets. En fait, ces derniers se cachent dans les buses implantées sur place, dont celles à Laniera et Imamba, pour détrousser les passants surtout ceux se déplaçant à bicyclette ou à moto. « L’insécurité s’agrandit dans notre quartier à cause de cette voie rapide, d’autant plus que l’éclairage public y fait défaut. Des panneaux solaires comme ceux implantés à la rocade  d’Andohatapenaka devraient aussi être mis en place dans cette route pour y remédier », déclare Marie Jacqueline, mère de famille habitant dans cette zone. « Au mois de février dernier, un homme a été blessé suite aux coups des voleurs qui ont aussitôt détroussé le scooter de la victime. Mais le véhicule à deux roues a pu être repéré deux jours après grâce au système Gps », confie notre source. Certains d’entre ces voleurs ont déjà été arrêtés par les Forces de l’Ordre, mais cela n’empêche pas les autres de poursuivre leurs actes. Outre l’insécurité grandissante, la nouvelle route de Tsarasaotra-Ivato ne cesse de s’abimer. Cette voie actuellement faite en bitume, n’est pas encore goudronnée, ce qui pourrait expliquer sa détérioration. Le mauvais état de cette route s’empire à cause du lavage des véhicules qui y prend de l’ampleur en ce moment. D’un autre côté, certaines voitures arrivent encore à y circuler librement en empruntant d’abord le sentier, reliant la route secondaire et la voie rapide en construction. Quoi qu’il en soit, les travaux devraient reprendre dans les plus brefs délais pour remédier non seulement aux problèmes avancés par les riverains, mais surtout pour atteindre l’objectif fixé au départ qu’est le désengorgement de la circulation en ville.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff