Publié dans Société

Accident d’Anjozorobe - Le procès réajourné, le chauffeur reste en détention

Publié le mardi, 16 mai 2017

Prévu se tenir  hier à la salle 2 du Palais de Justice à Anosy, le procès concernant l’effroyable accident de camion ayant coûté la vie à 47 personnes, le 28 janvier à Anjozorobe, a été repoussé pour le 13 juin prochain.  C’est le second report après celui du mois d’avril dernier. Les motifs invoqués hier et qui ont motivé la décision du Tribunal ont trait aux dossiers incomplets et à l’absence de l’avocat de la défense des intérêts d’une partie des victimes, celles venant de la Commune rurale d’Ampaneva.

Parmi les faits saillants lors de ce second procès ajourné, figure le refus par la Justice d’accorder la liberté provisoire pour le chauffeur en cause. Placé sous mandat de dépôt depuis l’accident, ce dernier a dû comparaître devant le juge au même titre que le propriétaire du poids lourd, qui a obtenu la liberté provisoire.Par ailleurs, seul le maire de la Commune d’Ambongamarina, en l’occurrence Manitrahasinarivo Andrianalinjato et un veuf éploré étaient venus à l’audience. L’édile d’Ambongamarina a espéré représenter les proches des victimes, les plaignants issus de cette localité devant la Justice, hier. Il est à noter que la majorité des passagers tués, 37 au total (contre 9 pour Ampaneva), sans oublier les 23 autres qui furent blessés, viennent tous d’Ambongamarina. « A l’explication, les dossiers seraient incomplets. L’obtention de certificat médical s’avérerait difficile », explique-t-il.
Lâchés par l’Etat et traumatisés
Au même maire d’ajouter encore que les personnes concernées éprouvent la plus grande difficulté à rejoindre la Capitale, en raison de problèmes pécuniaires. Il déplore surtout aussi le fait que ces pauvres villageois sont traumatisés ! « 7 d’entre eux paniquent vraiment à la simple vue d’un camion et jurent de ne plus jamais monter dans ce type de transport », se désole-t-il.Mais il y a une autre situation plus déplorable : le désintérêt de l’Etat malagasy à l’endroit  des survivants de l’accident. Pour les familles touchées et démunies, ce dernier a dû encore continuer à les soutenir, du moins pour les soins. Parfait, le jeune père de famille d’une trentaine d’années et qui a perdu sa femme et ses deux fillettes âgées de 2 ans et de 7 ans dans l’accident, n’a pas caché que l’Etat malagasy ne s’est plus manifesté après qu’il eut quitté l’hôpital. Or, il lui faut regagner la ville pour un contrôle médical prévu durer 6 mois.Ayant perdu un bras dans le drame, il est dans l’impossibilité de faire les travaux de champs, sa principale source de revenus. « J’ai confiance en mon avocat dans ma requête d’amendes. Pour le moment, je peine à trouver la somme nécessaire pour me rendre dans la Capitale car il me faut au minimum 10 000 ariary pour les frais et le contrôle », confie-t-il. Mais il n’est pas le seul à endurer ainsi le calvaire.Un autre chef de famille a par exemple vu les siens décimés : son épouse et ses quatre progénitures ont trouvé la mort dans le drame. De même, une mère de famille est désormais la seule à être restée en vie alors que les siens sont tous morts. Enfin, une jeune fille, aussi grièvement blessée, est maintenant orpheline.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff