Publié dans Société

Grève à Ankatso - Les étudiants emploient la manière forte

Publié le mercredi, 17 mai 2017

Une réévaluation de l’équipement (66 000 ariary) soit une augmentation à 100%  revendiquée. Les étudiants ont causé d’énormes dégâts que les responsables auprès de l’université ont décidé de lever la franchise universitaire.

Les Forces de l’ordre étant sur place depuis lundi ont, ainsi, eu l’autorisation d’entrer dans l’enceinte de l’université  afin de rétablir la sécurité. Vers 11 heures, les lacrymogènes ont fait suffoqué toutes les personnes se trouvant du côté des arrêts de la ligne 119.  Des jets de pierres à l’endroit des passants mais surtout des policiers et des gendarmes ont été lancés impitoyablement par les grévistes. Ils ont, également, saccagé des kiosques et ont allumé le feu devant le portail de l’université. De ce fait, un lieutenant a été grièvement blessé ainsi que quelques étudiants. Questionnés sur l’identité de ces grévistes, les responsables de l’université ainsi que les Forces de l’ordre n’ont pu encore se prononcer, étant donné de la libre circulation à Ankatso. Certes, ils sortent du champ universitaire, mais il est difficile d’affirmer s’ils sont vraiment des étudiants ou des mercenaires. «  A partir des photos prises lors de cette manifestation, il est facile pour la présidence de l’université de les identifier. Par contre, les étudiants à l’université connaissent très bien les risques qu’ils courent en cas de dérèglement », a expliqué le directeur de cabinet du président de l’université, Alain Andriamiandravola, hier. D’après ses explications, les étudiants ont toujours peur d’être convoqués devant le conseil de discipline du fait que leur cursus universitaire pourrait être compromis. Par ailleurs, les universitaires doivent servir d’exemple mais non des leaders de grève a-t-il continué.

Aucune arrestation 

Malgré l’ampleur des dégâts, les Forces de l’ordre ayant repliqué par des bombes lacrymogènes n’ont pas fait d’arrestation. « Nous n’avons pas encore procédé à des arrestations, par contre, des étudiants ont été convoqués pour être interrogés et ils ont été relâchés, sur l’heure », a indiqué le Général de brigade Andrianjanaka Njatoarisoa, Commandant de la gendarmerie nationale de la circonscription d’Antananarivo lors d’une interview à Ankatso. Des représentants des étudiants et les responsables de l’université se sont entretenus avec le minstère de l’Enseignemant supérieur et de la Recherche scientifique en vue de résoudre ce problème, hier. 

Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff