Publié dans Société

Ivato - Des tentatives d’exportation d’héroïne et de tortues déjouées

Publié le mercredi, 17 mai 2017

Grosse prise en matière de drogue, mardi dernier, dans les locaux de la douane à Mamory-Ivato. En effet, les douaniers  en question ont pu déjouer une tentative afin d’exporter 495g d’héroïne vers l’étranger. Cette fois-ci, le trafic se diffère du circuit habituel, délaissant les îles voisines car le commanditaire a voulu acheminer  la marchandise vers le… Canada en évitant de recourir à des passeurs classiques. C’étaient les douaniers de Mamory-Ivato qui ont décelé l’anomalie sur le colis prévu être expédié au fret.

La lourdeur  anormale du colis en question, un panier d’art malagasy, a éveillé le soupçon des douaniers. Décision fut alors prise de faire à une ultime vérification en  démontant et décortiquant le panier. Là, il n’y a plus aucun doute pour les douaniers. En détruisant ainsi la structure de l’objet, la valeureuse poudre blanche était cachée dans le boyau que constituent les manches du  panier. Un rapide calcul permet d’évaluer la valeur totale de l’héroïne saisie en raison de 160 000 ariary le gramme, bref une affaire juteuse. Pour le moment, le commanditaire n’a pas été encore démasqué. Le seul renseignement qui a filtré de l’affaire, c’est que l’expéditeur porterait le nom d’un étranger.A la lumière de cette affaire, on est persuadé que Madagascar serait devenue une véritable plaque tournante du trafic de drogue dure. Si avant,  les trafiquants font transiter la drogue vers La Réunion et Maurice, voilà donc maintenant qu’ils élargissent leurs champs d’action en optant également le Canada comme destination de la marchandise.
Insaisissables contrebandiers
Mais il n’y a pas que l’importation ou l’exportation de drogue dure à défrayer la chronique dans la Grande-île. Les évasions clandestines de tortues endémiques du pays font également rage. Pas plus tard qu’hier, les éléments de la Police de l’air et des frontières  d’Ivato, ont également réussi à déjouer une tentative de sortie clandestine de 229 tortues du spécimen « Radiata ».La marchandise avait été dissimulée à l’intérieur de deux valises. La Police d’Ivato a intercepté les colis juste au moment de l’embarquement sur un vol de « Kenya Airways ». Selon la direction de ce département de la Police, cette autre importante grosse prise a pu être effectuée sur la base d’un renseignement. Mais là aussi, le propriétaire, tout comme avec l’affaire d’héroïne, n’a pu être encore identifié. Les responsables au sein de la Police de l’air et des frontières (Paf) ont démarré une enquête et poursuivi les recherches.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff