Publié dans Société

Manakambahiny - 2 malfaiteurs abattus, un autre capturé vivant

Publié le mardi, 20 juin 2017

Tout un secteur du quartier de Manakambahiny a été réveillé par des détonations, tôt dans la matinée d’hier. En effet, la Police était intervenue pour surprendre, pourchasser et mettre en hors d’état de nuire un gang. Ce dernier était sur le point de commettre un vol dans un restaurant.

Les tirs des policiers ont fait systématiquement mouche, fauchant ainsi deux suspects à un moment où ils ont essayé de riposter aux Forces de l’ordre, tandis que leur acolyte fut capturé vif. Il avait une énorme pince coupante sur lui. Enfin, d’autres suspects ont pu encore prendre la fuite, selon des témoins. L’un des individus tués a cueilli un projectile dans les parties génitales avant que la balle fût ressortie à l’arrière de ses hanches. L’autre victime, elle, l’a reçue en plein dans la tête, lui arrachant presque l’oreille. Toujours est-il que des bonbons probablement empoisonnés et qui étaient prévus pour éliminer les chiens de garde, ont été encore trouvés sur l’un d’eux. L’intervention des Forces de l’ordre a été rendue efficace grâce au réflexe de certains riverains, qui étaient au courant de la tentative des bandits pour les alerter au plus vite. D’ailleurs, la réaction des riverains s’inscrit selon les consignes qu’on les a longtemps habitués.  Quelques moments après les faits, des limiers de la Brigade criminelle d’Anosy se sont rendus sur place pour un constat d’usage. Hier, vers 4h du matin, les agents du Bureau municipal d’hygiène (Bmh) ont transporté les dépouilles des victimes vers la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha où aucun membre des familles des défunts n’étaient venus les réclamer ou au moins pour vérifier. Selon une information de la Police, ces bandits ont pénétré en force dans le restaurant après avoir enlevé les grilles de protection du local.   « Ils ont déjà réussi à évacuer des mobiliers à l’extérieur lorsque la Police a débarqué. Devant cette situation, les bandits ont alors rebroussé chemin pour regagner l’intérieur du restaurant. Ils s’apprêtaient à ouvrir le feu sur les policiers mais ces derniers furent plus rapides qu’eux », explique le commissaire Alexandre Ranaivoson du service de communication et des relations publiques de la Police nationale. Selon toujours les explications reçues, ce gang est équipé de deux pistolets automatiques dont l’un s’avère être de fabrication locale et l’autre étant une arme factice. « A première vue, rien ne permet de le distinguer d’un vrai », renchérit-il.  L’enquête suit son cours. Ces dernières semaines, il était entré dans les habitudes des malfaiteurs qui sévissent dans la Capitale d’empoisonner les chiens de garde, que ce soit avec du lard ou un morceau de viande, ou avec de la friandise, tous contaminés.

Franck Roland

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff