Publié dans Société

Manakambahiny - 2 malfaiteurs abattus, un autre capturé vivant

Publié le mardi, 20 juin 2017

Tout un secteur du quartier de Manakambahiny a été réveillé par des détonations, tôt dans la matinée d’hier. En effet, la Police était intervenue pour surprendre, pourchasser et mettre en hors d’état de nuire un gang. Ce dernier était sur le point de commettre un vol dans un restaurant.

Les tirs des policiers ont fait systématiquement mouche, fauchant ainsi deux suspects à un moment où ils ont essayé de riposter aux Forces de l’ordre, tandis que leur acolyte fut capturé vif. Il avait une énorme pince coupante sur lui. Enfin, d’autres suspects ont pu encore prendre la fuite, selon des témoins. L’un des individus tués a cueilli un projectile dans les parties génitales avant que la balle fût ressortie à l’arrière de ses hanches. L’autre victime, elle, l’a reçue en plein dans la tête, lui arrachant presque l’oreille. Toujours est-il que des bonbons probablement empoisonnés et qui étaient prévus pour éliminer les chiens de garde, ont été encore trouvés sur l’un d’eux. L’intervention des Forces de l’ordre a été rendue efficace grâce au réflexe de certains riverains, qui étaient au courant de la tentative des bandits pour les alerter au plus vite. D’ailleurs, la réaction des riverains s’inscrit selon les consignes qu’on les a longtemps habitués.  Quelques moments après les faits, des limiers de la Brigade criminelle d’Anosy se sont rendus sur place pour un constat d’usage. Hier, vers 4h du matin, les agents du Bureau municipal d’hygiène (Bmh) ont transporté les dépouilles des victimes vers la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha où aucun membre des familles des défunts n’étaient venus les réclamer ou au moins pour vérifier. Selon une information de la Police, ces bandits ont pénétré en force dans le restaurant après avoir enlevé les grilles de protection du local.   « Ils ont déjà réussi à évacuer des mobiliers à l’extérieur lorsque la Police a débarqué. Devant cette situation, les bandits ont alors rebroussé chemin pour regagner l’intérieur du restaurant. Ils s’apprêtaient à ouvrir le feu sur les policiers mais ces derniers furent plus rapides qu’eux », explique le commissaire Alexandre Ranaivoson du service de communication et des relations publiques de la Police nationale. Selon toujours les explications reçues, ce gang est équipé de deux pistolets automatiques dont l’un s’avère être de fabrication locale et l’autre étant une arme factice. « A première vue, rien ne permet de le distinguer d’un vrai », renchérit-il.  L’enquête suit son cours. Ces dernières semaines, il était entré dans les habitudes des malfaiteurs qui sévissent dans la Capitale d’empoisonner les chiens de garde, que ce soit avec du lard ou un morceau de viande, ou avec de la friandise, tous contaminés.

Franck Roland

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff