Publié dans Société

Incendie au « Kianjan’ny kanto Mahamasina » - Les matériels de sonorisation de Rossy réduits en cendres

Publié le dimanche, 09 juillet 2017

Scène de désolation samedi dernier vers 7h du matin au « Kianjan’ny Kanto Mahamasina » à l’issue du fameux rendez-vous des noctambules. Un incendie ravageur a complètement détruit à 75% les matériels de sonorisation du célèbre artiste-chanteur Rossy. La veille, ce dernier venait d’offrir un cabaret à un ami qui allait quitter la Grande-île.  Etant donné la haute qualité de l’ensemble du matériel de fabrication allemande, le préjudice s’élève à des milliards d’ariary, selon ses estimations.

Le feu a démarré vers 6h30 du matin dans une semi-remorque où le matériel de sonorisation en question a été stocké, menaçant ainsi de déborder sur le chapiteau servant de lieu de concert, mais aussi sur le grand autobus jaune de tournées du groupe artistique « Sôma ». Heureusement, le chapiteau serait ininflammable, réduisant ainsi les dégâts. « J’ai l’habitude de ne pas rentrer chez moi à chaque fois que l’on fait un cabaret ici. Vers 5h, nous avons fini de nettoyer les lieux avant d’aller dormir. Seul le gardien était parti. Une heure après, un jeune aide de camp était venu m’alerter qu’il y a le feu dans la semi-remorque. En me rendant sur place, les flammes étaient déjà très hautes et l’on ne pouvait presque plus rien faire », déclare Rossy, qui garde toute sa sérénité malgré l’ampleur du désastre.

Le court – circuit écarté

Pour ce dernier, il ne devrait avoir aucune raison pour qu’un incendie éclate dans la semi-remorque. « Dans ce camion à bord duquel nous avons projeté de le transformer en bar, il n’y a aucune source ou alimentation susceptible de provoquer un court-circuit. D’autant plus que nous n’utilisons pas l’électricité de la Jirama mais plutôt un groupe électrogène. Donc, l’origine de ces flammes reste encore pour moi un mystère », s’indigne-t-il.  N’empêche, il a été très reconnaissant envers les sapeurs-pompiers mais également les Forces de l’ordre qui l’ont aidé à évacuer rapidement les autres matériels ou mobiliers des lieux du sinistre, entre autres l’autobus. Même Rossy ne put s’empêcher de se poser la question sur le probable lien ou non entre cet incendie et les brûlants évènements politiques, lesquels ont marqué la Capitale. « Une enquête a déjà démarré. Malgré la situation, cela ne va pas nous faire fléchir ! Nous tiendrons le coup ! », déclare-t-il.  L’on se demande alors quelle raison pourrait expliquer ce sinistre au « Kianjan’ny kanto ».
Franck Roland 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff