Publié dans Société

Attentat meurtrier à Nice - La Malgache Mino Razafitrimo décorée à titre posthume

Publié le vendredi, 14 juillet 2017

La mort tragique de Mino Razafitrimo, née Rakotomalala (31 ans), cette résidente malgache de Nice, n’est pas prête d’être oubliée. C’était lors d’un acte terroriste survenu le soir du 14 juillet 2016. Hier, elle venait d’être décorée à titre posthume pour son acte de bravoure par le Président de la République française, Emmanuel Macron en personne. En effet, cette mère de famille de deux enfants meurt
complètement écrasée lorsqu’elle a cherché à sauver un adolescent de 14 ans.

Ce dernier se trouvait également dans la trajectoire du poids-lourd fou conduit par un terroriste, et qui a tout fauché sur son passage sur la Promenade des Anglais à Nice. « Partis à dix, ils n’étaient plus que huit, sans Mino ni Yanis, l’adolescent qu’elle a essayé de secourir, sous les yeux de leurs familles », lut-on dans Le Monde à propos de la disparition dramatique de la Malgache. A part cela, le Président français a également décoré une stèle dédiée à la mémoire des 86 autres personnes victimes du camion fou de la Promenade des Anglais. De son côté, un grand quotidien français a consacré un article en mémoire de la défunte. Il évoque le parcours professionnel de Mino qui a décroché un master en administration économique et sociale il y a trois ans. Puis, elle a obtenu son premier contrat à durée indéterminée et travaillait comme assistante de direction dans une agence de communication. Ceux qui la connaissent personnellement se souviennent de quelqu’un de généreux, très impliqué au sein de la communauté malgache à Nice.
Pour un bref rappel des faits, le drame s’est produit pendant qu’une foule immense ayant investi le boulevard était en train de jouir le spectacle des feux d’artifice sur le front de mer à Nice. Profitant du fait que les gens ont les regards rivés sur les feux, le terroriste a lancé son camion, lequel a dévalé à toute vitesse la célèbre avenue bordée de palmiers en commençant par renverser les piétons qui se trouvaient à sa portée dont Mino Razafitrimo. Evacuée d’urgence dans une unité de soins de Nice, elle a succombé quelques moments à peine après son admission en salle de réanimation. Les deux garçons de la défunte bénéficient d’une assistance psychologique, la perte de leur maman les ayant profondément marqués.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff