Publié dans Société

Commune rurale d’Ankadikely Ilafy - Plus d’une vingtaine d’enfants circoncis

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

d’enfants circoncisCirconcision de masse. Samedi dernier a été le rendez-vous d’une dizaine de familles et la polyclinique d’Ilafy pour des circoncisions gratuites. A cette occasion, les médecins de ce centre hospitalier ont circoncis 28 petits garçons âgés entre 1 an et demi et 4 ans. Ces bénéficiaires sont tous issus des familles défavorisées dans la Commune rurale d’Ankadikely Ilafy. 

« On a décidé de s’inscrire à cette circoncision de masse en sachant la somme demandée par les médecins privés qui peut aller de 20 000 à 50 000 ariary. Notre famille ne dispose pas de moyens financiers pour payer une telle somme », affirme Annie, mère de Tiavina, un petit garçon âgé de 2 ans et 4 mois, un des enfants circoncis. Etant une lavandière, elle ne dispose pas d’économie permettant en même temps d’acheter des jouets et d’inviter des familles proches. Quant à son mari, le travail de receveur ne lui apporte pas assez de revenus, d’où ce choix de circoncision gratuite offerte par la polyclinique. Depuis des années, la polyclinique d’Ilafy n’a jamais oublié les habitants les plus vulnérables de la Commune. Pour cette occasion, une grande équipe s’est engagée dont des chirurgiens ainsi que des médecins anesthésistes. Outre la gratuité de l’opération, des jouets ainsi que des friandises ont été également offerts à ces petits garçons. Une circoncision à l’américaine. A chaque fois, la polyclinique d’Ilafy, avec son équipe médicale, fait preuve de professionnalisme. Les nouvelles techniques facilitant la convalescence et minimisant la douleur des enfants ont été encore une fois utilisées. Les opérations déjà effectuées ont prouvé l’efficacité de la circoncision à l’américaine qui a encore été adoptée cette fois-ci. Ce samedi, le service a été fait à la chaîne et chaque opération n’a pas duré trop longtemps. Il y a des médecins qui se chargent d’appliquer les anesthésies  et d’autres qui se servent des bistouris électriques. Après chaque intervention, les enfants ont tout de suite pu marcher normalement. « Deux jours seulement suffissent pour se rétablir et les pantalons peuvent être portés après que toutes les consignes ont été suivies à la lettre », affirme un infirmier du bloc opératoire au sein de la polyclinique d’Ilafy. D’après ses dires, des problèmes peuvent se présenter dans le cas où les parents ne respectent pas les bonnes conditions d’hygiène pour leurs enfants.
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff