Publié dans Société

Commune rurale d’Ankadikely Ilafy - Plus d’une vingtaine d’enfants circoncis

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

d’enfants circoncisCirconcision de masse. Samedi dernier a été le rendez-vous d’une dizaine de familles et la polyclinique d’Ilafy pour des circoncisions gratuites. A cette occasion, les médecins de ce centre hospitalier ont circoncis 28 petits garçons âgés entre 1 an et demi et 4 ans. Ces bénéficiaires sont tous issus des familles défavorisées dans la Commune rurale d’Ankadikely Ilafy. 

« On a décidé de s’inscrire à cette circoncision de masse en sachant la somme demandée par les médecins privés qui peut aller de 20 000 à 50 000 ariary. Notre famille ne dispose pas de moyens financiers pour payer une telle somme », affirme Annie, mère de Tiavina, un petit garçon âgé de 2 ans et 4 mois, un des enfants circoncis. Etant une lavandière, elle ne dispose pas d’économie permettant en même temps d’acheter des jouets et d’inviter des familles proches. Quant à son mari, le travail de receveur ne lui apporte pas assez de revenus, d’où ce choix de circoncision gratuite offerte par la polyclinique. Depuis des années, la polyclinique d’Ilafy n’a jamais oublié les habitants les plus vulnérables de la Commune. Pour cette occasion, une grande équipe s’est engagée dont des chirurgiens ainsi que des médecins anesthésistes. Outre la gratuité de l’opération, des jouets ainsi que des friandises ont été également offerts à ces petits garçons. Une circoncision à l’américaine. A chaque fois, la polyclinique d’Ilafy, avec son équipe médicale, fait preuve de professionnalisme. Les nouvelles techniques facilitant la convalescence et minimisant la douleur des enfants ont été encore une fois utilisées. Les opérations déjà effectuées ont prouvé l’efficacité de la circoncision à l’américaine qui a encore été adoptée cette fois-ci. Ce samedi, le service a été fait à la chaîne et chaque opération n’a pas duré trop longtemps. Il y a des médecins qui se chargent d’appliquer les anesthésies  et d’autres qui se servent des bistouris électriques. Après chaque intervention, les enfants ont tout de suite pu marcher normalement. « Deux jours seulement suffissent pour se rétablir et les pantalons peuvent être portés après que toutes les consignes ont été suivies à la lettre », affirme un infirmier du bloc opératoire au sein de la polyclinique d’Ilafy. D’après ses dires, des problèmes peuvent se présenter dans le cas où les parents ne respectent pas les bonnes conditions d’hygiène pour leurs enfants.
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff