Publié dans Société

Commune rurale d’Ankadikely Ilafy - Plus d’une vingtaine d’enfants circoncis

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

d’enfants circoncisCirconcision de masse. Samedi dernier a été le rendez-vous d’une dizaine de familles et la polyclinique d’Ilafy pour des circoncisions gratuites. A cette occasion, les médecins de ce centre hospitalier ont circoncis 28 petits garçons âgés entre 1 an et demi et 4 ans. Ces bénéficiaires sont tous issus des familles défavorisées dans la Commune rurale d’Ankadikely Ilafy. 

« On a décidé de s’inscrire à cette circoncision de masse en sachant la somme demandée par les médecins privés qui peut aller de 20 000 à 50 000 ariary. Notre famille ne dispose pas de moyens financiers pour payer une telle somme », affirme Annie, mère de Tiavina, un petit garçon âgé de 2 ans et 4 mois, un des enfants circoncis. Etant une lavandière, elle ne dispose pas d’économie permettant en même temps d’acheter des jouets et d’inviter des familles proches. Quant à son mari, le travail de receveur ne lui apporte pas assez de revenus, d’où ce choix de circoncision gratuite offerte par la polyclinique. Depuis des années, la polyclinique d’Ilafy n’a jamais oublié les habitants les plus vulnérables de la Commune. Pour cette occasion, une grande équipe s’est engagée dont des chirurgiens ainsi que des médecins anesthésistes. Outre la gratuité de l’opération, des jouets ainsi que des friandises ont été également offerts à ces petits garçons. Une circoncision à l’américaine. A chaque fois, la polyclinique d’Ilafy, avec son équipe médicale, fait preuve de professionnalisme. Les nouvelles techniques facilitant la convalescence et minimisant la douleur des enfants ont été encore une fois utilisées. Les opérations déjà effectuées ont prouvé l’efficacité de la circoncision à l’américaine qui a encore été adoptée cette fois-ci. Ce samedi, le service a été fait à la chaîne et chaque opération n’a pas duré trop longtemps. Il y a des médecins qui se chargent d’appliquer les anesthésies  et d’autres qui se servent des bistouris électriques. Après chaque intervention, les enfants ont tout de suite pu marcher normalement. « Deux jours seulement suffissent pour se rétablir et les pantalons peuvent être portés après que toutes les consignes ont été suivies à la lettre », affirme un infirmier du bloc opératoire au sein de la polyclinique d’Ilafy. D’après ses dires, des problèmes peuvent se présenter dans le cas où les parents ne respectent pas les bonnes conditions d’hygiène pour leurs enfants.
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia
  • Agence Malagasy de développement économique - Peu de réalisations concrètes
  • Team building à Mantasoa - Au bord d’un lac artificiel entouré d’énigmes

La Une

Editorial

  • Bravo Mia !
    Mia, la jeune skieuse malagasy, pour sa toute première participation aux Jeux olympiques d’hiver (Joh), a réalisé un exploit inespéré. Lors des deux compétitions de slalom aux Joh de PyeonChang (Corée du Sud), Mialitiana Clerc, de son vrai, qui a représenté Madagascar, terminait les courses dans le top 50. En effet, l’unique représentante de la Grande île, lors du slalom géant finit la compétition au 48è rang sur les 81 participantes avec un chrono de 2mn39 sec. Mia a pu laisser derrière elle certaines grandes de la discipline telles les Hollandaises, l’ Hongroise, la Grecque, l’Albanaise, etc.

A bout portant

AutoDiff