Publié dans Société

Accidents de circulation - La surcharge tolérée durant les vacances

Publié le mercredi, 02 août 2017

Depuis le mois de janvier, les accidents routiers dans la Région d’Analamanga ont fait 99 morts. Sur les routes nationales, les accidents et les braquages ne cessent d’augmenter, de même que le nombre des vacanciers. Les vacances s’avèrent importantes pour ne pas être prises à la légère.
Pour la plupart des transporteurs, la période des vacances est une occasion pour combler la perte durant toute l’année. Outre l’augmentation des frais de transport, la surcharge constitue un autre moyen de tirer le maximum de bénéfice. Pour les voyageurs à destination de la Capitale, au lieu de payer le double du prix du ticket, ils préfèrent la surcharge.

Fy est un commerçant ambulant. Il effectue deux allers-retours par semaine entre Maevatanàna et la Capitale. « Cette fois-ci,  nous n’avons pas le choix durant le voyage. Au lieu de trois par rangé, nous sommes cinq. Et, cela, dans le but de payer moins cher », explique-t-il.
Selon Mamitiana, responsable de coopérative nationale, après l’allure, la surcharge est la principale cause des accidents survenus dans les routes nationales. « Pour que le trajet se déroule en toute sérénité et sécurité, il faut respecter la limitation de vitesse et adapter l’allure proportionnellement au nombre de passagers », déclare-t-il.
Pour  profiter pleinement des vacances, beaucoup de famille louent des voitures. « Pour les clients, leur sécurité se repose sur les épaules des agences de location. Avant de conclure un  accord, nous imposons nos conditions aux clients. Un contrat est fait à l’avance. Pour cette agence, le départ est prévu entre 7 et 8 heures du matin. Nous nous arrêtons ensuite à 16 heures dans un endroit bien déterminé et sûr, pour ne reprendre la route que le lendemain dans la matinée. Il n’y aura pas d’exception, même si les voyageurs sont pressés », avance le responsable d’une agence. Pour ces agences de location, la circulation durant la nuit est hors de question, notamment dans la partie Sud de la Grande île. Pour bien préparer le voyage et être en route en toute sécurité, la planification de l’itinéraire est de mise. Mise à part la visite technique, la vérification de la voiture avant le départ est l’un des piliers de la sécurité durant le voyage.  
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff