Publié dans Société

Education civique - Une matière à part entière dès la prochaine rentrée

Publié le mercredi, 02 août 2017

Intégrée au programme scolaire depuis la préscolaire à la terminale. L’éducation civique (E.C) sera considérée comme une matière à part entière à partir de la prochaine année scolaire 2017-2018. Cette matière joue un rôle important dans l’éducation sur un public conséquent, afin de personnaliser le parcours des élèves, à en croire le ministre de tutelle, Paul Rabary. Raison pour laquelle l’éducation civique ne sera plus jumelée avec l’histoire et la géographie, comme ce fut le cas depuis des années.

Ainsi, l’E.C sera également une matière à concourir aux examens officiels, d’après toujours le numéro Un de l’Education nationale (Men). C’était hier à Antaninarenina, lors de l’ouverture de la réunion des délégués régionaux de l’éducation de masse et du civisme. Un atelier de 4 jours qui vise non seulement à renforcer les capacités et favoriser le partage d’expériences entre les participants mais aussi à avancer des stratégies pour un meilleur respect de la Charte de bonne conduite pour les élèves. Cette décision du Men enchante plus d’un, vu la dégradation perpétuelle de la société. La politesse et le savoir-vivre sont en voie de disparition chez les enfants et adultes, faute d’éducation adéquate au niveau familial et scolaire.
Ecole des parents
En phase d’expérimentation depuis 2013. Les circonscriptions scolaires (Cisco) d’Antananarivo, Antsiranana, Toliara, Ambatondrazaka et Antsirabe ont organisé une série de 
« l’école des parents » ces dernières années. Mais à partir de la prochaine année scolaire, les séances s’étendront dans les autres Cisco, voire dans chaque établissement. « Les séances cumulées de 50 heures traitent 20 modules, entre autres les psychologies des enfants, les relations intrafamiliales ou encore la lutte contre la grossesse précoce. Les parents intéressés peuvent s’inscrire auprès des établissements de leurs enfants pour en bénéficier », avance Estella Rahelinirina, directeur de l’Office de l’Education de masse et du Civisme auprès du Men. La série de formations est assurée par des éducateurs parentaux bénévoles mobilisés par le Men et d’autres ministères comme celui de la Santé, de la Population, de la Jeunesse, etc.  Notons que 27 établissements des Cisco de Tanà ville, d’Avaradrano et d’Atsimondrano en ont organises durant la précédente année scolaire.
Recueillis par Patricia Ramavonirina    

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff