Publié dans Société

Jeunes entrepreneurs malagasy - Un espace collaboratif au Cidst

Publié le mardi, 10 octobre 2017

L’entrée vers le domaine de l’entreprenariat a été soutenue. Les jeunes malagasy possèdent toutes les qualifications requises pour monter leurs propres projets. Ils disposent des idées innovantes. Or, cela reste et se limite au niveau théorique. La réalisation des projets leur pose problème.  Les raisons en sont diverses. Elles se concentrent notamment sur le manque voire l’absence de matériels et de budget entre autres. C’est pourquoi un espace collaboratif ou « Coworking space » a été ouvert au Centre d’information et de documentation scientifique et technique (Cidst) à Tsimbazaza. Il va être mis à la disposition de tous les jeunes malagasy porteurs d’idées d’entreprise. Il s’agit d’une plateforme de travail, d’échange, d’ouverture et de collaboration entre les personnes intéressées.


Ainsi, ce centre se transformera en une communauté de travailleurs en freelance et d’entrepreneurs. Dans ce lieu, ils pourront concocter leurs projets. Pour ce faire, des matériels et des équipements sont prêts à être utilisés. Les membres pourront se servir de la connexion WiFi, des tables et chaises ainsi que les ustensiles de cuisine et appareils électroménagers pendant leurs séjours. « Cette étape constitue un échantillon qui se renforcera. Une création d’une dizaine d’espaces est prévue dans les deux années qui viennent », indique Andritiana Dewa Herilalaina, président du conseil d’administration de l’Ong Habaka. D’après ses explications, ce nouvel espace peut accueillir 16 membres. Pour s’y adhérer, les jeunes intéressés peuvent contacter l’Ong Habaka.
Par ailleurs, les intéressés alloueront un tarif conforme à leur pouvoir d’achat en guise de loyer pour occuper les lieux et utiliser des mobiliers de bureau. Pour un abonnement d’une journée, une somme de 10 000 ariary doit être versée et 100 000 ariary pour un mois. L’inauguration de cet espace collaboratif s’est tenue hier au Cdist. Cette action résulte d’un partenariat entre l’Ong Habaka et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Ce projet a été par contre financé par la direction du fonds pour l’entreprenariat numérique de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif).

Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff