Publié dans Société

Epidémie de peste - Un « Samu » en gestation pour Antananarivo

Publié le mercredi, 18 octobre 2017

Une riposte à l’épidémie de peste la plus efficace possible. C’est ce que la France veut prescrire en réponse à la demande d’assistance des autorités malgaches. Un service d’aide médicale urgente ou « Samu peste » sera bientôt opérationnel à Antananarivo. « Ce nouveau dispositif permettra de contribuer à une prise en charge plus rapide et structurée des cas suspects et au contingentement de l’expansion de la maladie », communique l’Ambassade de France.

Pour sa mise en place, une équipe composée de 2 médecins urgentistes à savoir le Dr Yves Poncelin de Raucourt et du Dr Alban Forel ainsi que d’une infirmière en anesthésie-réanimation, Thérèse Darmedru, sera placée sous la gestion directe du ministère malgache de la Santé publique (Msp). L’opérationnalisation du « Samu Peste » vise à donner une cohérence à l’ensemble des mesures déjà prises par les autorités malgaches. La mise en service du numéro vert « 910 » ou encore les 6 cliniques mobiles pour prendre en compte les cas suspects en font partie. D’après le Directeur de la Promotion de Santé auprès du ministère de tutelle, le Dr Manitra Rakotoarivony, des hygiénistes français seront aussi envoyés à Madagascar pour partager leurs expériences, notamment en matière de transport des malades depuis les Fokontany jusqu’aux centres de traitement. Ceci sans oublier les premiers soins donnés dans les cliniques mobiles qui servent d’ambulance. Leur envoi figure parmi les collaborations avec l’Ambassade de France.
 Pour information, le dernier bilan émanant du Msp mais rapporté par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes fait état de 74 décès sur 805 cas de peste pulmonaire et bubonique notifiés depuis le mois d’août jusqu’au 17 octobre. Pour sa part, l’Institut Pasteur de Madagascar (Ipm) notifie 793 cas de peste entre le 1er août et le 15 octobre, dont 538 de formes pulmonaires, 152 buboniques, 1 septicémique et 102 non précisés. 354 cas sont enregistrés dans la ville d’Antananarivo contre 127 à Toamasina. Depuis le 27 septembre dernier, l’Ipm a distribué 2074 tests de diagnostic rapide dont 205 à Toamasina, 719 dans les Centres hospitaliers d’Antananarivo et 367 au Service Peste du Ministère de la Santé Publique. Les centres de santé de base (Csb) de la Capitale n’en disposent plus depuis cette semaine tandis que les centres de traitement sélectionnent ceux qui doivent faire le test.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff