Publié dans Société

Kidnapping - Un enfant d'un opérateur indopakistanais évite le pire

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

Une scène digne d'un film hollywoodien s'est produite vers 15h à Ambatobe, hier. Les riverains ont été surpris par un déploiement sans précédent des forces de l'ordre composées de gendarmes et de policiers sur les lieux ! Ces derniers venaient de faire tomber à l'eau une tentative de kidnapping de l'enfant d'un opérateur économique indopakistanais de la place, selon la gendarmerie. Tout a commencé par l'alerte reçue par des patrouilles  de gendarmes  sur la présence suspecte d'une fourgonnette Renault Kangoo.

Le véhicule en question a été mis délibérément en travers du chemin, de façon à bloquer le passage situé en aval d'une chaussée en pente ! A la suite d'un constat par les membres des forces, une arme à feu, 8 munitions et des cagoules à l'intérieur du véhicule abandonné par ses occupants. Ces derniers ont dû prendre la fuite à pied à cause d'une panne mécanique survenue de façon subite. 

Sitôt informées, les patrouilles de la brigade de gendarmerie de Tana- ville et d'Ankadikely s'étaient donc rapidement dépêchées sur les lieux.  Entre-temps,  les trois assaillants  ont appris les mouvements des patrouilles de la gendarmerie qui allaient donc converger vers le  point où ils ont espéré piéger leur victime. Mais avec la panne du véhicule, les ravisseurs ont dû quitter l'endroit en catastrophe sans avoir pu commettre leur forfait. Non loin de là, il y avait une autre Kangoo de livraison qui stationnait dans les parages. Les ravisseurs s'étaient emparés de force de cette fourgonnette après avoir menacé le conducteur.

Ayant fait demi-tour, les bandits ont foncé vers une autre destination et abandonné la fourgonnette à l'intersection de routes du côté de  Nanisana. A bord du véhicule, les gendarmes n'ont trouvé qu'un marteau. Tard jusque vers le début de la soirée hier, la gendarmerie a continué de ratisser les zones environnantes, sans avoir pu arrêter les suspects. Plusieurs personnes ont été soumises à un contrôle d'identité mais aucune arrestation n'a été encore annoncée, hier soir. L'enquête se poursuit.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff