Publié dans Société

Université de Toliara - Les enseignants-chercheurs en grève !

Publié le lundi, 13 novembre 2017

Suspension des activités pédagogiques, des examens et des soutenances de fin d’études. Tel est le principal impact de la grève des enseignants-chercheurs regroupés au sein du Seces, section Toliara, effective depuis hier. Ce syndicat a pris ladite décision à l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier, avec la participation d’une soixantaine d’enseignants.

Selon les informations recueillies, seuls 5 d’entre les participants ont proposé d’entamer une semaine de préavis de grève. Les autres ont uni leur voix pour passer directement à l’acte, à travers la suspension de toutes les activités. « Nous n’avons pas encore touché les indemnités des heures complémentaires depuis l’année universitaire 2015-2016. Pourtant, le calendrier universitaire de 2016-2017 touchera  à sa fin d’ici peu. Le cumul d’indemnités commence à peser sur les enseignants », fait part le Président du Seces section Toliara. « L’on a été informé que les enseignants-chercheurs des autres universités comme Fianarantsoa, Toamasina, Antsiranana ou encore Mahajanga ont déjà reçu leurs indemnités. D’un autre côté, l’engagement à faire auprès des Finances au titre de cette année serait clôturée à partir du 29 novembre prochain. Ceci pour dire que le paiement de nos dus pourrait encore être reporté pour 2018 si le ministère de tutelle ne se mobilise pas à temps », ajoute le premier responsable.
La grève du Seces de Toliara n’impacte pas sur la tenue des concours d’entrée en première année au sein de l’université de Maninday, lesquels s’y déroulent depuis hier. Le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, prévu pour le 27 novembre prochain, en sera également épargné. Toutefois, cette grève des enseignants-chercheurs pourrait retarder la sortie des résultats ou encore la rentrée de 2017-2018. Ceci d’autant plus que les vacances sont courtes, voire inexistantes, pour les étudiants locaux. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique devrait prendre au sérieux ce cas et y apporter des solutions afin que les étudiants n’en deviennent pas victimes. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République - Démission de Hery Rajaonarimampianina dans dix mois
  • Souffrances de la population malagasy - Le Parlement européen fait mieux que le nôtre
  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

La Une

Editorial

  • Nuisible réseau
    Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

A bout portant

AutoDiff