Publié dans Société

Université de Toliara - Les enseignants-chercheurs en grève !

Publié le lundi, 13 novembre 2017

Suspension des activités pédagogiques, des examens et des soutenances de fin d’études. Tel est le principal impact de la grève des enseignants-chercheurs regroupés au sein du Seces, section Toliara, effective depuis hier. Ce syndicat a pris ladite décision à l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier, avec la participation d’une soixantaine d’enseignants.

Selon les informations recueillies, seuls 5 d’entre les participants ont proposé d’entamer une semaine de préavis de grève. Les autres ont uni leur voix pour passer directement à l’acte, à travers la suspension de toutes les activités. « Nous n’avons pas encore touché les indemnités des heures complémentaires depuis l’année universitaire 2015-2016. Pourtant, le calendrier universitaire de 2016-2017 touchera  à sa fin d’ici peu. Le cumul d’indemnités commence à peser sur les enseignants », fait part le Président du Seces section Toliara. « L’on a été informé que les enseignants-chercheurs des autres universités comme Fianarantsoa, Toamasina, Antsiranana ou encore Mahajanga ont déjà reçu leurs indemnités. D’un autre côté, l’engagement à faire auprès des Finances au titre de cette année serait clôturée à partir du 29 novembre prochain. Ceci pour dire que le paiement de nos dus pourrait encore être reporté pour 2018 si le ministère de tutelle ne se mobilise pas à temps », ajoute le premier responsable.
La grève du Seces de Toliara n’impacte pas sur la tenue des concours d’entrée en première année au sein de l’université de Maninday, lesquels s’y déroulent depuis hier. Le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, prévu pour le 27 novembre prochain, en sera également épargné. Toutefois, cette grève des enseignants-chercheurs pourrait retarder la sortie des résultats ou encore la rentrée de 2017-2018. Ceci d’autant plus que les vacances sont courtes, voire inexistantes, pour les étudiants locaux. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique devrait prendre au sérieux ce cas et y apporter des solutions afin que les étudiants n’en deviennent pas victimes. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff