Publié dans Société

Attaques en série à Tsaratanàna - Le commanditaire écroué

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Un homme surnommé « Rakom » accusé d’être le commanditaire supposé des attaques spectaculaires, qui ont secoué Tsaratanàna, mercredi dernier, a été arrêté. Ce sont des éléments d’une patrouille mixte composée de gendarmes et de militaires, qui ont réalisé ce coup de filet. En effet, les Forces de l’ordre ont fini par le retrouver au cours d’un ratissage dans le secteur d’Andavaboay, plutôt réputé comme un bastion des assaillants. Actuellement, « Rakom » devrait se trouver derrière les barreaux après son audition par la Gendarmerie et notamment son récent défèrement au Parquet.

Une information régionale le présente souvent comme celui qui avait toujours semé la terreur au sein des habitants de Tsaratanàna. Ces derniers peuvent ainsi montrer du soulagement après la neutralisation de cet « ennemi public numéro 1 ». Rappelons que ce dernier avait poussé ses hommes, une trentaine, tous portant des armes les plus hétéroclites, à semer la terreur dans cette capitale de l’or du Betsiboka, mercredi. Lors de l’infiltration de ces brigands armés dans le cœur de cette cité, ils ont fait parler leurs armes.

 

Le reste de la bande à traquer

 

Outre les brutalités à coups de crosse de fusils effectuées contre tous ceux qui ont osé se mettre en travers de leur chemin, les bandits ont aussi dévalisé tous les commerces du coin. Le préjudice s’élevait à plusieurs millions. D’ailleurs, c’était dans ces circonstances qu’une personne fut touchée par un projectile et blessée, tout comme quatre mineurs d’ailleurs. Des riverains ont réussi à informer les Forces de l’ordre, qui ont alors mis en fuite les assaillants lors de leur intervention quelques moments après les faits. Les bandits ont fait débandade et ont regagné dare-dare la place forte d’Andavaboay où des échanges de tirs s’étaient poursuivis jusque tôt la matinée du jeudi suivant. L’opération de ratissage par les militaires et gendarmes s’est soldée par l’arrestation dudit « Rakom ». Même si ce dernier fut mis hors d’état de nuire, l’opération de ratissage menée par les Forces de l’ordre a repris dans l’objectif de traquer le reste de la bande.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff