Publié dans Société

Attaques en série à Tsaratanàna - Le commanditaire écroué

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Un homme surnommé « Rakom » accusé d’être le commanditaire supposé des attaques spectaculaires, qui ont secoué Tsaratanàna, mercredi dernier, a été arrêté. Ce sont des éléments d’une patrouille mixte composée de gendarmes et de militaires, qui ont réalisé ce coup de filet. En effet, les Forces de l’ordre ont fini par le retrouver au cours d’un ratissage dans le secteur d’Andavaboay, plutôt réputé comme un bastion des assaillants. Actuellement, « Rakom » devrait se trouver derrière les barreaux après son audition par la Gendarmerie et notamment son récent défèrement au Parquet.

Une information régionale le présente souvent comme celui qui avait toujours semé la terreur au sein des habitants de Tsaratanàna. Ces derniers peuvent ainsi montrer du soulagement après la neutralisation de cet « ennemi public numéro 1 ». Rappelons que ce dernier avait poussé ses hommes, une trentaine, tous portant des armes les plus hétéroclites, à semer la terreur dans cette capitale de l’or du Betsiboka, mercredi. Lors de l’infiltration de ces brigands armés dans le cœur de cette cité, ils ont fait parler leurs armes.

 

Le reste de la bande à traquer

 

Outre les brutalités à coups de crosse de fusils effectuées contre tous ceux qui ont osé se mettre en travers de leur chemin, les bandits ont aussi dévalisé tous les commerces du coin. Le préjudice s’élevait à plusieurs millions. D’ailleurs, c’était dans ces circonstances qu’une personne fut touchée par un projectile et blessée, tout comme quatre mineurs d’ailleurs. Des riverains ont réussi à informer les Forces de l’ordre, qui ont alors mis en fuite les assaillants lors de leur intervention quelques moments après les faits. Les bandits ont fait débandade et ont regagné dare-dare la place forte d’Andavaboay où des échanges de tirs s’étaient poursuivis jusque tôt la matinée du jeudi suivant. L’opération de ratissage par les militaires et gendarmes s’est soldée par l’arrestation dudit « Rakom ». Même si ce dernier fut mis hors d’état de nuire, l’opération de ratissage menée par les Forces de l’ordre a repris dans l’objectif de traquer le reste de la bande.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff