Publié dans Société

Prise de drogue - Des lycéens non épargnés

Publié le mardi, 05 décembre 2017

Les tentations  ne manquent pas à Madagascar.  Les jeunes malagasy âges de 14 à 35 ans deviennent de plus en plus dépendants des produits stupéfiants. Ce penchant pour la drogue se manifeste sur différentes formes. Il s’agit notamment de la perte de contrôle de soi,  l’incapacité à remplir les obligations notamment les études ou le travail, le syndrôme de sevrage, l’augmentation de la consommation avec une tolérance au produit toxique et tant d’autres encore.

Pourtant, nombreux sont les jeunes qui possèdent au moins deux de ces critères énoncés. Ils sont ainsi exposés à un réel danger.
Pour y remédier, depuis 2015, des campagnes de sensibilisation ont été menées dans toute la Grande île par l’association « Ilay zanak’adala » (« Iza ») à travers des activités culturelles. Actuellement, elle entame un autre projet ciblant en particulier les lycéens. Ses membres qui sont des jeunes du quartier d’Ambohimangakely se sont ralliés pour cette occasion avec la Commision inter-ministérielle de la coordination de la lutte anti-drogue (Cicld) et la Direction diocésaine de l’enseignement catholique (Didec) à Antananarivo. Ils œuvrent pour des séances de sensibilisation anti-drogue durant ce mois de décembre. Cela s’effectue au niveau de 17 établissements catholiques issus de la Didec dont Saint-Joseph à Andohalo, Sainte- Famille à Anosivavaka et Mahamasina, Saint-Michel à Amparibe et Itaosy. En présence des élèves de ces écoles, cette association expose les dangers que la prise de drogue représente. Hier, ses interventions se sont déroulées au collège Sainte-famille à Mahamasina et Fikirizana à Isotry.
« L’objectif se porte sur la mobilisation des élèves à ne pas toucher et à ne plus reprendre la drogue. Cette démarche les amène ainsi à réagir et rejoindre notre combat », explique Dr Voary Velonjara, président de l’Association « Iza ».
Au terme de toutes les rencontres, cette association s’attend à des prises de conscience et des réactions positives de la part des bénéficiaires. En effet, en 2016, lors d’un projet de sensibilisation durant quatre mois au Lycée Nanisana, elle a pu constater la volonté des élèves à se concentrer aux études et à oublier les boissons alcoolisées, la drogue et les cigarettes. Notons que ce passage dans ce lycée a permis d’identifier que plus de 5% des élèves en classe de seconde vivent avec une dépendance totale avec ces produits. A cela s’ajoutent les 55 % qui ont été tentés d’en consommer. 
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff