Publié dans Société

Fianarantsoa - 9 personnes meurent dans un éboulement

Publié le lundi, 08 janvier 2018

Décidément, la liste des victimes du passage du cyclone Ava, s’allonge ! Le drame survenu vers  21h dans le quartier d’Ivory à Fianarantsoa, dépasse en horreur tous les précédents : 9 membres d’une famille qui ont assisté à une veillée funèbre y ont été ensevelis d’un coup. Les victimes ont entre 11 mois  et 43 ans. Le terrain sur lequel a été bâtie leur maison était le théâtre d’un éboulement  emportant et ensevelissant la maison et ses occupants ! Seule une femme a pu s’échapper de ce piège mortel. Elle a eu le temps de s’éloigner rapidement de l’endroit au moment où la catastrophe allait se produire.

Les sapeurs-pompiers ont participé au sauvetage ou aux recherches des corps. Une heure après avoir remué la terre, 3 corps furent localisés et dégagés des décombres. Les recherches s’étaient poursuivies toute la nuit et ce n’est qu’hier matin, précisément vers 6h que les dépouilles des 5 autres victimes en furent dégagés. Le 9e corps appartient à la personne déjà décédée.  Tout le reste des disparus a été transféré, d’abord au cercle des cheminots de la ville avant une veillée prévue  hier soir au palais de la région.
L’endroit en question occupait une butte longeant la gare de la FCE de la capitale Betsileo. Les trombes d’eau auraient provoqué ce mini-glissement de terrain avec les fâcheuses conséquences que l’on sait. Les autorités de la région s’étaient dépêchées sur place pour courir au chevet de la famille des victimes.
Toujours à Fianarantsoa, le corps sans vie d’une femme a été retrouvé dans un canal le même dimanche 7 janvier dernier. La victime était complètement nue. Aucune trace de coups, écartant ainsi la thèse d’un homicide.  Les observateurs estiment qu’elle serait sous l’emprise de  l’alcool et a fait une chute dans l’écluse avec l’impossibilité de se relever de par ses propres moyens.
Ainsi, le bilan du  passage du cyclone Ava ne cesse de s’alourdir, en particulier  dans la partie sud du pays, totalisant ainsi 21 morts. Dès les premiers jours où Ava a touché terre, il a fait 6 morts dont 3 à Brickaville, le reste à Mampikony et Toamasina, ville la plus touchée. Pas plus tard qu’hier matin,  la carriole transportant les quatre membres d’une famille, a été emportée par les flots à Antanifotsy. Trois ont trouvé la mort et seul le chef de famille a survécu. Le corps d’un noyé n’a jamais pu être retrouvé, du moins durant la journée d’hier. Les efforts du fokonolona pour tenter de le retrouver, étaient vains. Les malheureux allaient rejoindre le marché local lorsque la mort les a guettés à mi-route. La montée des eaux dans cette localité du Vakinankaratra a submergé toutes les routes, expliquant ainsi l’accident de cette charrette. Enfin, le sort des deux jeunes filles de Vangaindrano était également tragique. Vendredi dernier, la pirogue qui les a transportées a chaviré. Les crues  d’une rivière, en sont les responsables.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff