Publié dans Société

Axe Tana-Fianarantsoa-Toliara - Pas de taxi-brousse !

Publié le lundi, 08 janvier 2018

Fermé pendant un temps indéterminé. Le transport au niveau de la route nationale 7 qui relie Antananarivo, Fianarantsoa et Toliara a été suspendu depuis dimanche dernier. Et cela ne va reprendre que lorsque la situation sera rétablie et que les travaux de réhabilitation s’achèvent. Cette décision a été prise, en tenant compte des coupures de route, au niveau de plusieurs localités situées sur cet axe. « Pour pouvoir garantir la sécurité des passagers et de nos conducteurs, on a été contraint de suspendre le transport sur cet axe conduisant vers la partie Sud de l’île », explique Rakotondrafara Freddy Nary, président du Comité de gestion de la gare routière « Fasan’ny Karàna ».

D’après ses propos, des centaines de personnes sont actuellement bloquées sur la Rn7.  Or, il leur est impossible de rejoindre la destination ou de revenir au point de départ. En effet, cette route a été considérablement endommagée après le passage du cyclone Ava. On y recense une dizaine de zones plus affectées.  Cela commence dès Ampitatafika, Ambatolampy et Ambohimandroso. Le transbordement y demeure impossible. A cela s’ajoute la montée des eaux qui paralyse la circulation à Ivato centre. Le niveau de l’eau dépasse la route principale d’un mètre environ.  Or, cela s’étend sur une distance de 200 mètres. A Camp Robin, l’écroulement d’une partie de la route empêche les usagers, notamment les automobilistes, de circuler. En outre, les informations parvenues aux transporteurs mentionnent également deux effondrements de pont à Vohiposa. Le malheur a frappé aussi  Ambalavao. Les eaux y ont emporté une section de la route nationale. Dans la partie Sud-est, plus précisément du côté de Ranomafana, Irondro et à l’entrée de Manakara, l’éboulement sur  la route constitue un grand danger. Aussi, sur la Rn 34 allant vers Morondava, au niveau de Soavina et de Betafo, une inondation et un écoulement de boue en plein milieu de la digue bloquent la circulation.
Devant cette situation, les transporteurs ont pris la responsabilité d’envoyer toutes les victimes dans deux lieux d’accueil.  Les voyageurs en provenance de Toliara, Fort-Dauphin sont renvoyés à Ambohimahasoa, tandis que ceux venant de la Capitale et d’Antsirabe ont été conduits au Camp Robin et à Ambositra. Les autorités locales se sont mobilisées avec leur personnel pour assurer cet hébergement. Le problème se concentre sur la nourriture. Le prix d’un plat est à 15 000 ariary depuis cette catastrophe naturelle. Or, la plupart des passagers ne se sont pas préparés, financièrement, à passer plusieurs jours sur les routes. Par ailleurs, le transport sur les Rn 2, 4 et 6 se poursuit. Quelques heures d’attente sont, par contre, dépensées pour pouvoir circuler librement. Il faut attendre l’eau revienne à son niveau normal, indique Rakotondrafara Freddy Nary. Des ponts Bailey sont mis en place en cas de problème.
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff