Publié dans Société

Faux diplômes de Baccalauréat - Les vendeurs traqués !

Publié le vendredi, 09 février 2018

Bradés à 300 000 ariary. Des personnes classées comme arnaqueurs relancent des offres de faux diplômes de Baccalauréat sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, ces derniers temps. Sans gêne, ils proposent des diplômes avec mention assez-bien et passable dans les séries A, D, G2 et G3. Pis, ils avancent que les diplômes sont vérifiables au sein de l’Office du Bac. « Proposer ce genre de service sur Facebook n’est que pure arnaque. De plus, l’utilisation de faux et usage de faux reste punie par la Loi en vigueur à Madagascar. Actuellement, nous avons fait appel aux Forces de l’Ordre pour suivre de près cette situation, surtout dans l’obtention de preuves afin d’arrêter ces personnes », lance le Pr Blanchard Randrianambinina, Directeur général de l’Enseignement supérieur auprès du ministère de tutelle (Mesupres). C’était lors d’une rencontre avec la presse, hier à Fiadanana. Les vendeurs des faux diplômes seront ainsi traqués, après les signalements des internautes afin d’alarmer les autorités compétentes. En même temps, les responsables ministériels sollicitent les parents et élèves à ignorer ce genre d’offre, laquelle déshonore le système éducatif malagasy.


Des listes vérifiables
Le Mesupres ainsi que chacune des 6 universités du pays disposent des listes des nouveaux bacheliers par session. La vérification de ces listes s’avère ainsi indispensable pour ceux qui veulent s’assurer s’il s’agit d’un vrai ou un faux diplôme. D’ailleurs, les bases de données restent infalsifiables. Ainsi, le ministère de tutelle interpelle les responsables des entreprises ou encore les institutions à consulter les listes pour éviter d’être dupés par les postulants ou employés titulaires de faux diplômes. Ces responsables peuvent également envoyer la liste de leurs salariés auprès du Mesupres pour une contre-vérification. « La Commune urbaine d’Antananarivo a déjà franchi cette étape, après laquelle des agents ayant des faux diplômes ont été appréhendés », rappelle Dieudonné Razafimahatratra, Directeur de l’enseignement supérieur public et privé. D’un autre côté, certains instituts de formation paramédicale envoient la liste des étudiants inscrits pour le concours d’entrée en première année auprès de leurs établissements. Après les vérifications, 4 à 5 faux diplômes sont souvent démasqués. Notons que l’utilisation de faux diplômes de Licence ou de Master est aussi constatée dans des institutions supérieures privées…
Recueillis par Patricia Ramavonirina

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff