Publié dans Société

Epidémie de grippe - La Capitale malgache touchée de plein fouet

Publié le mardi, 13 février 2018

Des files d’attente auprès des dispensaires et des pharmacies. Madagascar vit actuellement dans une saison plus pénible que les années précédentes. En effet, beaucoup de cas de grippe se sont déclarés et le nombre des personnes affectées ne cesse de s’accroître. Et même les personnes qui ont adopté préalablement des mesures de prévention ne sont pas épargnées. 
« 80 à 90 % des patients qui consultent mon cabinet médical montrent tous des symptômes de grippe, à savoir les frissons, les douleurs diffuses, la fatigue. Ils présentent également des maux de tête et de gorge avec une toux sèche et des éternuements.

Des sueurs et de la fièvre s’y accompagnent.  Et ce sont notamment des enfants de moins de 5 ans et des femmes dont des mères de famille qui en sont les véritables victimes », explique un médecin généraliste opérant à Itaosy. D’après ses propos, la condition météorologique à Madagascar favorise la propagation des virus. A cela s’ajoute la dégradation de l’environnement qui se manifeste par une importante pollution de l’air. La présence des foins en cette période de moisson au niveau des zones rurales et les périphéries de la Capitale constitue aussi l’une des raisons. Les séquences climatiques n’ont pas permis à un séchage optimal. Elles causent des maladies respiratoires qui se répandent et se transforment en une grippe. Quant aux pharmacies localisées dans la Capitale, elles rencontrent des problèmes au niveau de la distribution des médicaments. « On est à court de stock de médicaments antigrippes et de la vitamine C, ainsi que de calcium », affirme un pharmacien.  La provision prévue pour les deux mois à venir ne même peut plus assurer jusqu’à la fin de ce mois, poursuit-il. Face à cette situation, les pharmacies de garde reçoivent constamment des clients le week-end et même la nuit.
Les remèdes de grand-mère s’imposent
Le pouvoir d’achat des ménages malagasy n’assure plus les dépenses imprévues. « L’on ne dispose plus de moyens financiers pour acheter les médicaments auprès des dépôts de médicaments du village. Depuis le début du mois de février, pour les deux consultations médicales de mes deux garçons, au moins une somme de 30 000 ariary a été dépensée. Pourtant, la totalité de notre rentrée d’argent à la fin du mois ne dépasse même pas les 400 000 ariary », indique un parent. A cela se résume la difficulté vécue dans certains ménages, mais il y a encore pire. « Aucune rentrée d’argent n’est possible. Etant donné qu’on développe une société familiale, la productivité diminue considérablement », explique une autre personne. Pour toutes ces raisons, beaucoup de gens optent pour des médicaments traditionnels. Ils se soignent ainsi par des infusions préparées à partir de reines des prés, miel, citron et tant d’autres produits naturels.  Des médecins les incitent également à réaliser des bains de vapeur à base de plantes médicinales. Cela élimine les impuretés de la peau tout en se débarrassant des virus et des bactéries. Il est à noter que Madagascar est actuellement au milieu de la saison grippale. Jusqu’au mois d’avril, cette épidémie va faire des effets. Cela implique le fait que le nombre de malades va nécessairement augmenter.
K.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff