Publié dans Société

Evasions de prison - L’administration pénitentiaire dénigrée

Publié le mardi, 13 février 2018

La succession d’évasions de ces derniers temps soulève les inquiétudes auprès de la population. Une frange de cette dernière n’hésite pas à pointer du doigt l’administration pénitentiaire qu’elle accuse de laxiste. Certains cas d’évasion pourraient être qualifiés ainsi. D’autres pourtant témoignent les conditions de travail dans lequel les pénitenciers de la Grande île accomplissent leur mission. 

 

Lors de la triple évasion d’Antanimora, dont l’un a été arrêté hier, un responsable de l’administration pénitentiaire a crevé l’abcès. Il a parlé entre autres de la vétusté des prisons de Madagascar dont la plupart ont été construites au temps de la colonisation ou au début de la 1ère République. Ajoutés à cela, le manque d’entretien, la surpopulation carcérale, l’insuffisance des pénitenciers ainsi que le peu de moyen à leur disposition. Il n’est pas rare, par exemple, de voir des prisonniers ou prévenus trimbaler dans les transports publics avec leurs gardes pour rejoindre le Tribunal ou la prison. Faute de personnel dans l’administration pénitentiaire également, des condamnés sont employés pour effectuer des tâches quotidiennes aux alentours des prisons. Dès fois, certains prisonniers profitent de cette faveur, qui n’a rien à voir avec le Mop, pour prendre la poudre d’escampette au grand regret de ceux qui leur ont fait confiance. 

Par ailleurs, des tirs croisés contre  l’administration pénitentiaire se font entendre ces derniers jours. Il s’agit en fait d’une velléité de la dénigrer pour des motifs ignorés. La dernière en date concerne cet avis de recherche d’une évadée de la prison de Manajakandriana paru dans la presse. Plus d’un se demande la raison pour laquelle c’est seulement maintenant que les Forces de l’ordre font un tamtam autour de ce cas. Elles voulaient induire en erreur le public en tentant d’associer l’évasion d’Antanimora à celle de Manjakandriana. Selon des informations obtenues, l’évasion de la prison de Manjakandriana s’est produite en …2016, plus précisément le 4 juillet,  et un avis de recherche a été déjà lancé par l’administration pénitentiaire auprès de la Gendarmerie et de la Police nationale 48 heures après le constat des faits, soit le 7 juillet 2016. Il est étonnant ainsi que c’est seulement deux ans après que l’avis de recherche est fortement médiatisé comme si l’évasion vient de se produire. D’après une source, l’évadée en question a réalisé son coup à la gare routière où elle et son escorte  allaient prendre le taxi- brousse pour  les ramener à Manjakandriana après une consultation médicale à Antananarivo…. Preuve manifeste de cette insuffisance de moyens.

 Fr

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup
  • Ex-ministre Andriamosarisoa Anicet - Détournement de 517 millions d'ariary via TAFITA
  • Contrat de pêche avec les Chinois - Quand l'économie bleue vire à la connerie des bleus HVM…
  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat

La Une

Editorial

  • Valeurs immuables
    Une armée de personnalités, des élus ou des intellectuels, des dirigeants politiques ou de Sociétés civiles, toute une plateforme de formations politiques ou d'associations, de simples citoyens, bref des personnalités célèbres dans leurs domaines respectifs se rangent publiquement du côté de Andry Nirina Rajoelina (ANR) et se disent prêts à faire aboutir cette bataille pour la magistrature suprême du pays. Le candidat n° 13, président de l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM), présenté à l'origine par le TGV/MAPAR est crédité d'un large soutien auprès d'une gamme de sensibilités nationales voire internationales.

A bout portant

AutoDiff