Publié dans Société

Gares routières d’Andohatapenaka et de By Pass - Pas encore opérationnelles

Publié le mardi, 13 février 2018

 

Un désaccord entre les transporteurs et le ministère de tutelle. Les nouvelles gares routières d’Andohatapenaka et By Pass devraient être opérationnelles à partir de ce jour. Toutes les coopératives reliant la Capitale et la Rn2, Rn7, Rn1, Rn4 ainsi que Rn6 sont déjà averties de plier bagages et rejoindre leurs stationnements respectifs avant le 13 février, un délai accordé par le ministère de Transport et de la Météorologie. A partir de ce jour, l’embarquement des passagers ainsi que les ventes de tickets dans les stationnements d’Ambodivona et de « Fasan’ny Karàna » seront annulés. Jusqu’à hier, les transporteurs ont refusé de quitter leurs endroits habituels. Ils sont montés au créneau, notamment ceux du « Fasan’ny Karàna », pour contester cette décision.

D’après eux, ils ne sont pas encore informés de ce changement, de même que leurs clients. Ainsi, les infrastructures ne sont pas encore prêtes pour les accueillir, à savoir les kiosques, les marquages. Pourtant, le ministère a prôné une nouvelle gestion de gares routières telles que la mise en place d’un guichet unique pour chaque destination, une orientation depuis l’entrée… Depuis hier, aucun changement n’a été fait sur les lieux. Joint par téléphone hier, le président de l’association des transporteurs de Madagascar (Astram), Fredinard Rakotondrafara, a avancé que le déménagement n’est pas pour bientôt. « Nous sommes actuellement (ndlr : hier) en pleine rencontre avec le ministre du Transport. Pour que le déménagement ait lieu, il y a encore des détails à régler », avance t-il.

Appel d’offres en cours

La qualité de service du transport est le principal objectif de ce changement. L’appel d’offres pour choisir le gestionnaire des deux stationnements ne sera clôturé que le 22 février prochain.  Une des raisons qui pousse les transporteurs à refuser le déplacement. D’après eux, ils refusent de quitter les lieux, avant que le gestionnaire de ces gares routières soit présenté officiellement aux transporteurs. Ainsi, les coopératives veulent que le gestionnaire fasse partie des leurs. Ce sera le personnel le mieux placé pour connaître les maux des transporteurs. Le dessacord entre les deux parties a eu lieu depuis l’inauguration de la gare routière d’Andohatapenaka. Comme les transporteurs, les clients ne sont pas encore prêts à accepter ce changement. D’après les transporteurs d’une coopérative reliant Antananarivo et  Toamasina, les commerçants constituent leurs principaux clients. Avec ce changement, leur frais de transport sera doublé. « Actuellement, les "taxi-be" n’ont plus le droit de transporter des marchandises. Cependant, le coût d’un taxi reliant Andravoahangy et Ambohimanambola varie aux alentours de 15 000 à 20 000 ariary, équivalent au prix d’un ticket de taxi-brousse reliant Antananarivo et Toamasina », avance Nandrianina Rajaona, une commerçante.

 Anatra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff